Otero : « L’identité et les valeurs du club commencent à se dégager »

L’Équipe a consacré un article sur le centre de formation de l’OM. Marco Otero a donné son sentiment sur le projet qu’il développe avec Yann Daniélou.

Commanderie OM © Icon Sport

Le centre de formation de l’OM a obtenu des résultats encourageants, que ce soit en championnat, en Gambardella, ou encore dans les tournois. Marco Otero a donné son avis au quotidien sur les progrès réalisés par les minots : « Dans toutes les catégories, les U17, les U19, la réserve ou la Gambardella, l’identité et les valeurs du club commencent à se dégager », a-t-il confié. Otero juge le récent classement du CIES sévère. L’OM y apparaît en dernière position, sur le manque d’utilisation des joueurs de moins de 21 ans : « Entre la participation d’Emran Soglo en début de saison et la montée en puissance de Bilal Nadir stoppée par une blessure, c’est sévère », a-t-il confié. Son idée est d’inculquer un style de jeu, mais « pas dans l’extrémisme. (…) L’idée est d’être patron du jeu ».

« Un jeune a le droit de se tromper »

Marco Otero pense aussi qu’il faut laisser du temps au temps : « Être un club formateur ne se décrète pas, on le devient au fil du temps. » Pour expliquer sa vision, le directeur technique a cité des propos d’Arsène Wenger : « Il a dit : ‘‘Les joueurs se font entre 18 et 23 ans, et ils ont le droit de se tromper’’. Il faut apprendre à nos supporters qu’un jeune a le droit de se tromper. » Il considère enfin qu’il faut « cinq ans » pour évaluer un projet : « Les trois premières années sont celles de l’acceptation de la méthodologie, il faut séduire l’environnement au club. Il faut deux années de plus pour que ça devienne une vraie culture. »

L’OM devrait bientôt bénéficier du travail réalisé ces dernières années. À noter que le journaliste de L’Équipe Mathieu Grégoire a aussi décrit des tensions en interne, opposant Daniélou-Otero à Tessier-Zarrak. Sont-elles réelles ? Si c’est le cas, Pablo Longoria devra les arbitrer.

Un article lu 1559 fois