L’OM en colère contre l’UEFA pour le choix de l’arbitre

L’OM s’est plaint auprès de l’UEFA de la nomination d’Istvan Kovács comme arbitre du match retour de Ligue Europa contre Villarreal. Les dirigeants n’ont pas oublié sa prestation contre le Panathinaikos.

Pablo Longoria OM © Icon Sport

L’été dernier, Istvan Kovács a tenu un rôle indéniable dans l’élimination de l’OM par le Panathinaikos, lors des tours préliminaires de Ligue des Champions. Les Phocéens auraient dû faire mieux, certes, mais ses décisions avaient interpellé. Au point qu’Amine Harit s’en était agacé en zone mixte : « Il y a des fautes du Panathinaïkos qu’il ne siffle pas… Et dès que l’on touche l’adversaire, il siffle direct. » Et le club olympien avait écrit à l’UEFA pour exprimer leur incompréhension.

Il a récidivé, ce début de semaine, après que l’UEFA ait eu la délicatesse de nommer le Roumain pour arbitrer Villarreal-OM. Selon RMC Sport, les dirigeants marseillais ont écrit une nouvelle lettre à l’instance pour lui signifier leur incompréhension. Ils y verraient « un manque de respect ».

Kondogbia expulsé en Grèce

Pour rappel, lors du match aller contre le Panathinaikos, l’homme en noir avait donné un carton rouge très sévère à Geoffrey Kondogbia. L’OM s’était incliné 0-1, avant de l’emporter au match retour (2-1) mais de se faire éliminer aux tirs au but. L’équipe marseillaise n’était pas en jambes, et les décisions d’arbitrage avaient pesé lourd. La non-participation à la Ligue des Champions a fait très mal aux finances du club.

Istvan Kovács a dirigé 40 matchs de coupes d’Europe : 19 de Ligue Europa et 21 de Ligue des Champions. Il dispose donc d’une certaine expérience. L’UEFA changera-t-elle son choix suite au coup de pression de l’OM ?

Pour rappel, les hommes de Jean-Louis Gasset se sont facilement imposés lors de la rencontre aller (4-0) et disposent d’une marge. Mais l’histoire a montré que dans le football, rien n’est impossible. Quelques décisions d’arbitrage favorables pourraient redonner espoir à une équipe qui n’en avait plus.

Un article lu 1381 fois