Guy compare Aubameyang à Thuram et… Benedetto

Stéphane Guy a nuancé les performances récentes de Pierre-Emerick Aubameyang.

Pierre-Emerick Aubameyang, OM, stade Vélodrome © Icon Sport

L’Olympique de Marseille retrouve des couleurs avec Jean-Louis Gasset. Sur le banc de l’OM depuis deux rencontres, le technicien de 70 ans s’est imposé à chaque fois, avec deux buts d’écarts au minimum – 3-1 contre le Shakhtar Donetsk, 4-1 contre Montpellier. L’entraîneur tricolore a ramené « de la confiance«  au sein d’un groupe meurtri, qui a connu déjà 3 entraîneurs différents cette saison – Marcelino, Jacques Abardonado, Gennaro Gattuso.

Si les observateurs demandent de la patience, et refusent de « s’enflammer » – et ils ont raison -, les performances phocéennes doivent être appréciées à leur juste valeur. Si Marseille demeure fragile derrière, avec des erreurs individuelles – Jonathan Clauss contre le Shakhtar à l’aller et au retour ; Samuel Gigot face à Montpellier – coûtant des buts, le club français est performant devant, comme l’illustrent les performances de Pierre-Emerick Aubameyang.

Aubameyang et Benedetto, même combat

Efficace devant le but depuis le début de la saison, pour marquer ou servir ses partenaires – 34 apparitions, 18 buts, 8 passes décisives -, le Gabonais ne fait pas l’unanimité de partout, et notamment auprès de Stéphane Guy. Sur RMC, l’ancien commentateur de Canal + estime que l’on doit relativiser ses deux dernières réalisations : « Les deux buts qu’il marque contre Montpellier, on ne va pas sauter au plafond non plus. Je pense que (Dario) Benedetto, il aurait mis le premier ».

Pierre-Emerick Aubameyang a été à la réception d’un centre de Chancel Mbemba, et a poussé la balle au fond des filets, tout seul, sur le but évoqué. Dario Benedetto, désormais à Boca Juniors, a fait un passage mitigé à l’OM – 17 buts en 71 apparitions -, entre 2019 et janvier 2022.

Guy n’est « pas dithyrambique »

D’après le journaliste, le niveau de rémunération du numéro 10 de l’OM doit faire monter le niveau d’exigence sur l’ancien joueur du Barça : « Moi, je ne suis pas dithyrambique. Ce qui est sûr, c’est que le (Pierre-Emerick) Aubameyang de septembre et celui d’aujourd’hui, ce n’est pas le même. J’ai vu Marcus Thuram cette semaine en Ligue des Champions, on ne va pas comparer l’OM et l’Inter, mais c’est un salaire de ce niveau-là. Marseille a mis cet argent-là sur Aubameyang ».

Sans avancer de chiffre précis, donc, dans le cas du Marseillais comme de l’Intériste, Stéphane Guy fait une comparaison à la louche sur deux joueurs évoluant dans des équipes bien différentes, et n’ayant pas du tout le même âge (34 ans-26 ans). Du travail de Praud.

Un article lu 3166 fois