Longoria : « Il y avait des intérêts derrière cette déstabilisation »

Pablo Longoria est revenu sur la fameuse réunion du 18 septembre. Le président de l’OM a donné quelques précisions sur la raison de la déstabilisation.

Pablo Longoria © Icon Sport

Lors de son long entretien accordé à So Foot, Pablo Longoria s’est exprimé sur la réunion qui a mis le feu en septembre. Les dirigeants auraient alors été menacés par des dirigeants de groupe de supporters : « C’est un processus, il y avait des intérêts derrière cette déstabilisation », a expliqué l’Espagnol au magazine. Avant de préciser : « Quand tu veux faire des changements, il y a toujours des gens qui veulent te mettre des bâtons dans les roues. Tout ce qu’il s’est passé a été orchestré de manière très organisée, avec l’objectif de freiner notre volonté de restructuration du club. Quand on coupe certains privilèges, certains s’y opposent… Et je ne parle pas des groupes de supporters. »

« Il faut renforcer le poids de l’institution »

Longoria a expliqué pourquoi il était parfois difficile de bien comprendre les tenants et les aboutissants de cette histoire : « Si les intérêts particuliers autour du centre de formation sont tabous ? Non, mais les privilèges sont multiples. Ça peut être un simple pouvoir d’influence, car la vie se résume souvent à ça : un jeu de pouvoir. Dans ce qu’on nous reproche – dissimuler des informations, chercher notre intérêt personnel -, il y a une distorsion de la réalité. Cela nous a permis de comprendre qu’on avait fait des erreurs dans notre communication (un nouveau directeur a été nommé et le club a fait appel à une boîte de com’ extérieure). Désormais, il faut renforcer le poids de l’institution, car plus celui-ci sera fort, plus celui des personnes individuelles s’affaiblira. » Et de conclure : « C’est encore un peu tôt pour analyser les conséquences de la réunion de septembre, mais me concernant, cette réunion a renforcé ma détermination. »

Cette affaire a gravement perturbé l’OM. Mais cela n’empêche a priori pas le club d’inviter les dirigeants des associations fautifs lors des réunions avec les joueurs…

Un article lu 3326 fois