Harit : « Je suis devenu plus stable qu’il y a quelques années »

Dans une longue interview sur le site de la LFP, Amine Harit s’est confié sur son retour à l’OM et sa volonté de progresser pour devenir le meilleur joueur possible.

Amine Harit

Depuis son retour à Marseille en fin de mercato, Amine Harit a montré de belles choses dans un profil de dynamiteur. Mais le Marocain a soif de progression et ne veut pas s’arrêter là comme il l’expliquait dans un entretien accordé à la LFP : « Je crois au travail. J’ai encore beaucoup de points à perfectionner dans mon jeu pour être le meilleur joueur possible. Mais je ne me fixe pas de limite, le niveau d’un joueur n’a pas réellement de limite. Bien sûr, il y a des prestations dont j’ai été très content, comme celle face au Sporting Portugal mardi dernier en Ligue des champions. Quand je suis décisif et que j’aide l’équipe à gagner, je suis très heureux à la fin du match. Mais je pense qu’avec du travail, je peux encore améliorer certains détails de mon jeu. Je me sens de mieux en mieux au fur et à mesure des matchs, et je pense que ça va être une bonne saison collective et personnelle à la fois. Je dois être encore plus décisif. J’ai les capacités pour offrir des dernières passes et finir les actions. C’est à moi d’être un peu plus concentré devant le but, de savoir faire le geste juste. »

D’après le Marocain, sa vie familiale l’a aidé à se stabiliser en tant que footballeur : « Avec le fait d’avoir des enfants et des responsabilités, je suis devenu un peu plus stable qu’il y a quelques années. Et ça se ressent dans mon football : je suis moins blessé, je me sens mieux dans ma peau. J’ai une stabilité qui fait que je peux me concentrer à 100% sur le football. Je suis plus concentré sur le foot par rapport à certaines saisons où j’avais un petit peu plus de distractions. Je ne vais pas dire que je n’aime plus sortir avec mes potes ou faire des choses de jeunes, mais je le fais largement moins que j’ai pu le faire avant. Aujourd’hui, je fais passer mon métier avant ma vie privée.« 

Un article lu 1866 fois