Aubameyang : « Les supporters sont là pour nous encourager, pourquoi les défier ? »

Auteur d’un triplé contre l’Ajax cette semaine en Ligue Europa, Pierre-Emerick Aubameyang a eu le regard noir et le visage fermé sur les deux premiers, alors que les supporters ont sifflé le Gabonais avant la rencontre.

Pierre-Emerick Aubameyang, OM-Ajax © Icon Sport

Timide en Ligue 1 – 1 seule réalisation en 12 rencontres -, l’attaquant de l’OM assure en Europe, avec 7 buts en 6 apparitions, Ligue des Champions et Ligue Europa confondues. L’ancien joueur de Chelsea s’est présenté devant les médias, ce samedi, avant la rencontre face à Rennes ce dimanche soir (20h45), pour évoquer son triplé de la semaine, et ses célébrations polémiques. Interrogé sur le sujet, PEA a répondu par une question : « Qu’est-ce qui vous fait penser que c’était une défiance (envers les supporters) et non tout simplement un mécontentement personnel ? »

« Rester humble »

Avant de poursuivre : « Je n’étais pas content pour tout ce qui se passe, je suis le premier à ne pas être content. Donc pourquoi sourire, pourquoi être content quand on marque un but ? » Pierre-Emerick Aubameyang a confié des sentiments mêlés : « Il y a de tout. Forcément, je suis un être humain, je suis touché par tout ça. Après, ce n’est pas du tout une défiance, au contraire, c’est juste qu’il fallait, je pense, rester humble. Je ne suis pas en train de réaliser le début de saison que je souhaitais faire. Forcément, j’ai un petit peu les boules, clairement, tout simplement. Et c’est plus un tout, en fait. (…) Ils sont là pour nous encourager. Je pense qu’eux aussi ils ont envie que je marque des buts, que je sois bon, que je sois le Pierre-Emerick Aubameyang que tout le monde attend. Donc pourquoi les défier ? »

Insatisfait malgré 8 buts en 18 matchs, l’international aux 75 sélections a conclu positivement : « Je sais que ça va venir. Je ne me prends pas trop la tête ». En Ligue 1, l’ancien Stéphanois serait inspiré de se réveiller contre Rennes, ce dimanche, puis contre Lyon, mercredi.

Un article lu 1154 fois