Droits TV : Labrune veut « renverser la table »

Vincent Labrune s’est exprimé sur l’appel d’offres des droits TV de la Ligue 1. Le président de la LFP garde espoir de motiver les télévisions à injecter de fortes sommes dans le football français.

Vincent Labrune © Icon Sport

L’appel d’offres du mois dernier n’a pas amené les propositions attendues. Des discussions sont en cours de gré à gré avec les chaînes de télévision. Vincent Labrune reste optimiste quant aux chances d’obtenir des droits TV importants.

« L’appel d’offres du 17 octobre a été infructueux malgré l’intérêt de 4-5 voire plus de diffuseurs. L’enjeu c’est de les convaincre d’investir sur notre projet. On est en pleine discussion avec un certain nombre d’acteurs, et on va faire en sorte de ne pas s’associer avec un partenaire qui ne donnerait pas de garanties à la LFP en cas de défaut de paiement, comme ça a été le cas en 2020 à notre arrivée », a déclaré le président de la LFP sur les ondes de RMC Sport.

« Mettre le foot français de clubs sur le podium européen à horizon 2027-2028 »

VLB regrette le pessimisme ambiant : « Vous n’êtes pas optimistes sur les droits TV, je l’entends, mais j’ai envie de vous dire que c’est à nous d’être optimistes, ambitieux, d’y croire et de faire en sorte de renverser la table. » Il reste néanmoins lucide sur la place occupée par le championnat français : « Le football professionnel français, c’est une vue de l’esprit de dire qu’on est dans le Big 5. Il n’y a pas de Big 5, il y a un Big 4 et nous on est dans une deuxième division européenne. Si on reste dans une approche franco-française avec nos droits domestiques, on ne pourra pas financer le système. C’est pour ça qu’on veut mettre le foot français de clubs sur le podium européen à horizon 2027-2028. »

Et de conclure : « On a un vivier de jeunes joueurs qui nous donne un potentiel, de notre point de vue, inépuisable. On fabrique plus de talents que les autres nations. Et en augmentant nos revenus on arrivera à les convaincre de rester, et à en faire revenir d’autres. On a l’espoir. On croit qu’on a les atouts pour être dans les deux-trois top nations européennes dans les années à venir. »

La Ligue 1 semble avoir franchi un palier ces dernières saisons, même si le spectacle offert ne satisfait pas toujours les journalistes. On peut regretter que l’OM ne fasse pas figure de locomotive aux côtés du PSG, pour la tirer vers le haut. Mais si ça n’est pas le cas, c’est peut-être justement aussi en raison de la répartition des droits TV, très défavorable aux gros clubs en France depuis des décennies…

Un article lu 3006 fois