F. Germain : « Peut-être que les plaintes iront au-delà de ce qui s’est passé lundi »

Florent Germain a décrypté la conférence de presse donnée par Pablo Longoria, vendredi. Le journaliste a tenté de faire le point sur ce qui se passait.

Pablo Longoria, président de l'OM © Icon Sport

Vendredi soir, Pablo Longoria a tenu un discours fort pour annoncer qu’il ne céderait pas face aux menaces. Le président de l’OM reste dans ses fonctions et va porter plainte contre certains agissements. La suite se passera donc sur le terrain juridique, face à ceux qui ont tenté de le mettre dehors.

Sur RMC Sport, Florent Germain a replacé le contexte : « Longoria est marqué physiquement, très clairement. Il avait les traits tirés, le regard noir, mais était tout de même déterminé. Je l’ai aperçu dans le bureau au-dessus de la salle de conférence de presse. Pour la petite histoire, c’est dans cette salle qu’avait eu lieu la réunion, lundi soir. Il était au même endroit et entouré de ses collaborateurs. Il a enfilé sa veste, il est descendu. C’était vraiment une manière d’annoncer qu’il reprenait ses responsabilités. Qu’il sera à Paris dimanche. Les affaires courantes reprennent. Mais dans son discours, il y a eu des passages assez forts. Notamment le fait qu’il décide de porter plainte.

« Longoria leur a dit que leurs décisions étaient individuelles »

Avec ses avocats, ils ont eu le temps de refaire le film de ce qui s’est passé. Lundi, et peut-être aussi lors d’autres séquences. Il y a eu un grand déballage de sa part dans La Provence où il a expliqué qu’il voulait mettre fin à certains procédés, à certaines pressions ou intimidations qu’il a subies à son poste de président. Peut-être que les plaintes iront au-delà de ce qui s’est passé lundi. On le vérifiera. Mais la première plainte concernera certaines menaces que les dirigeants de l’OM ont subies lundi. Ensuite, il faudra voir si tous les dirigeants restent. Il y a encore un petit point d’interrogation, puisque Pablo Longoria a réuni ses associés et leur a dit que leurs décisions étaient individuelles.

Évidemment, Longoria souhaite que Javier Ribalta, le directeur du football, reste. Il aimerait que Stéphane Tessier reste, que Pedro Iriondo aussi. Mais ils ne réfléchissent pas uniquement en tant que collaborateurs. Là, on parle de pères de famille, de maris, avec des femmes, voire des parents, qui déconseillent à leur fils de rester à Marseille. On en est là. Certains dirigeants ont davantage de peurs », a-t-il déclaré.

L’affaire est loin d’être terminée. Pablo Longoria a pu, depuis le début de la semaine, se rendre compte qu’une majorité de supporters de l’OM le soutenait. Mais le système semble bien en place, et rien n’est acquis.

Un article lu 2886 fois