Longoria : « Je n’ai pas proposé ma démission à Frank McCourt »

Pablo Longoria a mis un terme au suspense. Le président de l’OM a démenti toute idée de démission. Il a en revanche mis en lumière les graves pressions qu’il subissait de la part de certains leaders de groupes de supporters.

Pablo Longoria © Icon Sport

La réunion de lundi entre les dirigeants et les leaders des groupes de supporters a plongé l’OM dans la crise. Les jours qui s’égrènent livrent progressivement le contenu des échanges, et en particulier les menaces dont ont été victimes les dirigeants. Deux leaders de groupes de supporters, Rachid Zeroual et Christian Cataldo, ont nié les avoir menacés de mort ni même avoir demandé des démissions.

Mais la gravité de la situation n’a échappé à personne. Zeroual est notamment réputé pour avoir eu la tête de nombreux présidents et il est à son tour la cible de nombreuses critiques, et d’une pétition qui demande son départ et a récolté plus de 8 000 signatures. Pablo Longoria a bénéficié d’un soutien sans précédent sur les réseaux sociaux.

« Comment pourrais-je laisser McCourt comme ça ? »

Dans l’édition du jour de La Provence, Pablo Longoria a rassuré son monde en annonçant qu’il ne démissionnerait pas : « Je n’ai pas proposé ma démission à Frank McCourt. Malgré tout ce qu’on dit sur moi, je ne suis pas quelqu’un qui regarde ses intérêts personnels. Si je suis mêlé à tout ça, c’est parce que je suis le président de l’OM. Je représente une institution. J’ai un mandat donné par le propriétaire et le conseil de surveillance. Je dois assumer mes responsabilités », a-t-il indiqué au quotidien régional.

L’Espagnol n’envisage pas un instant de laisser l’Américain dans cette situation : « Il faut analyser les choses avec tous les gens qui aiment ce club. Je ne me fais pas passer pour le sauveur du club ou autre chose. Je pense être quelqu’un qui veut donner son maximum ou a donné son maximum pour chercher à arriver le plus haut possible avec ce club. Avec des bonnes choses et avec des mauvaises, mais toujours avec l’objectif de faire le mieux possible pour l’intérêt du club, pour protéger les intérêts du propriétaire qui est une personne extraordinaire, de grande valeur. Comment pourrais-je le laisser comme ça ? Non.»

« J’ai donné tous mes comptes bancaires, mes téléphones, mes e-mails, tout… »

Longoria a également répondu aux rumeurs concernant des « magouilles », lancées a priori par les leaders des groupes de supporters : « La saison dernière, des insinuations selon lesquelles j’avais volé de l’argent avec les transferts sont arrivées jusqu’au groupe McCourt. Pour me protéger, j’ai dû demander au groupe McCourt d’auditer toutes nos opérations par un cabinet indépendant, pour démontrer que nous étions transparents. J’ai donné tous mes comptes bancaires, mes téléphones, mes e-mails, tout… Il en est sorti que nous étions clean !»

Car Longoria subissait une forme de harcèlement : « Tout ce que je disais hors de mon cercle de confiance sortait dans la presse. Il y a eu des insinuations par rapport à ma famille. Tous ces mouvements sont basés sur le fait de faire peur. ‘Si tu fais ça, on va te calomnier, on va sortir un dossier sur toi’ : vous savez combien de fois je l’ai vécu ces derniers mois ? Beaucoup. » Et de conclure : « Cela avait commencé par des insinuations et ça arrive jusqu’à la menace. Je ne peux pas accepter ça, je ne peux pas entendre : ‘À Marseille, c’est comme ça’. C’est pour cela que l’on a dit mardi : ‘Dans les conditions actuelles, il est impossible de travailler’. »

Pablo Longoria revient donc, mais en révélant cette fois jusqu’où certains sont capables d’aller pour le dégoûter et le pousser dehors. Espérons que cette grave crise, provoquée par une poignée de dirigeants d’associations, permettra de faire un ménage. Il est peut-être temps en effet que ceux qui demandent sans arrêt des comptes en rendent aussi quelques-uns.

Un article lu 2576 fois