Dominique Armand pas convaincu par le pressing de l’OM

Dominique Armand n’est, pour l’instant, pas convaincu par ce qu’il voit de l’OM. Le journaliste de la chaîne cryptée regrette le pressing mis en place par Igor Tudor.

Marcelino, OM Marseille © Icon Sport

La saison passée, les critiques pleuvaient contre Igor Tudor, tenu responsable pour certains des maux phocéens. Ce début de saison, c’est Marcelino qui trinque. L’Espagnol est estimé coupable par certains consultants ou journalistes, après tout juste 4 journées. Dominique Armand considère notamment que le pressing de son équipe n’est pas au niveau.

Sur Canal+, le journaliste a pointé du doigt le pressing réalisé par l’OM de Marcelino : « Vous vous rappelez de l’OM en Ligue 1 sous Tudor ? Très bien, eh bien ça n’a plus rien à voir. Absolument rien à voir. Regardez cette séquence de jeu qui intervient au début de la seconde période. Les Nantais sont donc à un de moins. Et regardez la manière dont les Marseillais défendent. Le porteur du ballon a toujours une ou deux solutions avec le premier adversaire à 3-4 mètres. Il n’y a aucune pression sur le porteur. Et c’est vrai, quand on se souvient de l’OM il y a 3-4 mois, sous Tudor, ce sont des scènes inimaginables. Un tel manque d’agressivité sur le plan défensif, quand ton adversaire est en sous-nombre », a-t-il fait remarquer.

« Marcelino n’a pas vraiment été entendu »

Dominique Armand souligne que Marcelino a demandé à ses joueurs de presser plus haut : « C’est le début de saison, il y a beaucoup de choses qui ont changé à Marseille, mais ce sont des éléments qu’on répète quasiment semaine après semaine. On a vu le coach, sur la touche, pousser son équipe tout au long de la deuxième période en leur demandant d’aller chercher, d’aller pousser, d’aller presser, sans être vraiment entendu. Il va falloir que ça évolue tout de même assez vite. »

On peut supposer que Marcelino a tiré de nombreux enseignements du positionnement de ses troupes face à Nantes. Comme ses prédécesseurs, l’Espagnol partagera progressivement ses préceptes ces prochaines semaines. Il y a fort à parier qu’on ne verra pas le réel jeu de l’OM avant le milieu de l’automne.

Un article lu 1724 fois