Sanchez loin de l’OM, à qui la faute ?

Ce lundi, Pablo Longoria a révélé que l’OM avait finalement décidé de tourner le dos à Alexis Sanchez, qui s’est engagé à l’Inter. Mais la situation est complexe, et les torts partagés.

Alexis Sanchez, OM, Marseille © Icon Sport

Relancé par l’Olympique de Marseille, Alexis Sanchez a réalisé à 34 ans une saison de premier plan avec le club phocéen, dans le jeu comme en termes statistiques – 44 matchs, 18 buts, 3 passes décisives. Après de telles performances, le Chilien aurait pu donc continuer une année de plus avec la formation dirigée par Marcelino, mais Pablo Longoria a indiqué, ce lundi, avoir pris la décision de ne pas renouveler sa confiance à l’ancien joueur du Barça et d’Arsenal, pour des raisons techniques. L’Espagnol a mis en avant « la complémentarité » entre les différents attaquants de l’équipe, et a affirmé avoir pris « la meilleure décision pour le collectif ».

Alexis Sanchez, qui a affirmé avoir voulu continuer à Marseille, ne collait donc pas avec les autres joueurs offensifs du club. Mais est-ce l’unique raison ?

Sanchez a trop attendu

D’après les révélations de RMC, le président a voulu, immédiatement après la fin de la saison dernière, faire prolonger l’attaquant. Marseille a même proposé à Alexis Sanchez un salaire plus élevé, proche des 3 millions d’euros annuels que le Chilien touche désormais dans son nouveau club, l’Inter. Selon le média, l’attaquant a alors commis l’erreur « de se faire trop désirer ».

En effet, l’international n’a pas répondu à la proposition phocéenne, et a joué la montre. Ce qui a laissé le temps à l’OM de faire signer son nouvel entraîneur, Marcelino, et de réfléchir aux contours de l’effectif. Sans Alexis Sanchez, qui serait à l’heure actuelle un joueur de Marseille si lui et son clan n’avaient pas tant tardé à donner une réponse à l’OM. Le club a finalement pris la décision de se passer de lui mi-août, après une trop longue tergiversation.

Sanchez a trop demandé

Par ailleurs, d’après Foot Mercato, les agents d’Alexis Sanchez ont demandé à l’OM, fin juillet, « de doubler » le salaire de l’ex-Barcelonais, avec une prime à la signature de 2 millions d’euros. Une proposition qui a échaudé Marseille, qui a finalement fait un gros effort salarial avec une nouvelle proposition. Mais les agents du Chilien, qui étaient en discussion avec l’Arabie saoudite, ont mis du temps avant de répondre. Fin juin, à leur retour à la table des négociations avec l’OM, faute de mieux, il est alors trop tard.

En somme, si Alexis Sanchez n’avait pas considéré l’OM comme sa roue de secours, le Chilien occuperait le front de l’attaque avec Pierre-Emerick Aubameyang, Vitinha et Iliman Ndiaye.

Un article lu 1325 fois