Aubameyang : « Il ne faut surtout pas douter »

Pierre-Emerick Aubameyang, OM © Icon Sport

Pilier du vestiaire, Pierre-Emerick Aubameyang a encouragé l’équipe à ne pas baisser les bras. L’attaquant de l’OM souhaite que le groupe devienne plus tranchant en attaque.

En zone mixte, Pierre-Emerick Aubameyang a exprimé son ressenti sur le match nul de l’OM à Metz (2-2). Pour le joueur, le problème est mental : « Quand on a le match en main comme en première mi-temps, il faut savoir tuer le suspense. Devant, on n’a pas fait le boulot. On avait les occasions, on a tout bien fait. On s’est juste mis en danger tout seul. Heureusement qu’on revient à deux buts partout. Mais, honnêtement, on doit tuer le match bien avant. J’ai l’impression qu’on n’a pas retenu la leçon du Panathinaïkos, car on a vécu un peu la même chose en milieu de semaine. C’est quelque chose qui se travaille, je pense qu’on peut gagner en maturité pour mieux gérer ces phases là où l’on échoue à marquer le but du break », a-t-il déclaré.

« Ça va finir par payer, j’en suis convaincu »

L’ancien Gunner a prodigué des conseils à ses coéquipiers : « Il ne faut surtout pas douter, ce n’est pas le moment. C’est vrai qu’on devait absolument gagner ce match ce soir. Tout comme le dernier match, où l’on devait se qualifier. Mais il ne faut surtout pas douter, car on fait de bonnes choses. On doit juste apprendre à tuer les matches. On arrive à se créer de nombreuses occasions, maintenant il faut qu’on progresse dans la finition, ne plus laisser en vie nos adversaires. Car on domine nos matches. » Il ajoute : « Il y a des faits de jeu qui donnent l’impression qu’on a la poisse, c’est vrai. Mais on ne peut s’en vouloir qu’à nous-mêmes. Ce soir, la faute nous revient. Une association ne se crée par du jour au lendemain (avec Iliman Ndiaye), ça passe par le travail. Ça va finir par venir, j’en suis convaincu. Ce n’est qu’une question de boulot. »

Les débuts de saison se suivent et semblent identiques. Les Marseillais s’efforcent de rectifier les lacunes de leur jeu. Espérons que cela porte ses fruits prochainement.

Un article lu 1772 fois