Marcelino : « Plus de travail et moins de paroles »

Devant les médias, le nouvel entraîneur de l’OM a donné les premières indications sur ses méthodes.

Marcelino © Icon Sport

Une dizaine de jours après avoir officiellement rejoint l’OM, Marcelino était présent face à la presse ce mardi. L’ancien manager de Valence, Villarreal ou encore Bilbao a livré ses premiers mots et n’a pas tardé à mettre en avant l’importance du travail : « Merci à vous d’être ici, je m’excuse pour mon français et j’espère communiquer avec vous le plus rapidement possible, confie d’abord l’Espagnol. Je sais que j’arrive dans le seul club français à avoir remporté la Ligue des champions. On a l’ambition de progresser, il faudra être compétitif sur l’ensemble des matchs. Dans les clubs où on était, on a toujours réussi à accomplir nos objectifs, et j’espère qu’on le fera ici. C’est seulement avec le travail et l’effort, qu’on y arrivera. Il faudra jouer avec beaucoup d’intensité. Notre philosophie va coller aux valeurs de l’OM. On va essayer d’apporter notre connaissance pour aider les joueurs. Le slogan ‘droit au but’ devient le nôtre et il faut rendre fiers les supporters. Plus de travail et moins de paroles. »

« Une équipe organisée et équilibrée »

Marcelino a également confirmé que son schéma de jeu allait trancher avec celui de son prédécesseur : « On croit en notre méthode de travail. On aime avoir une équipe organisée, c’est la base du succès. On veut une équipe qui est également dynamique et attrayante. C’est un football qui correspond à ce qu’est l’OM. On va avoir un style de jeu qui sera différent, surtout défensivement. Par exemple, il n’y aura pas de marquage individuel, 80% des matchs se joueront avec une défense à 4 avec un marquage en zone. Le contre pressing, j’adore. Il va falloir travailler vite et bien, mais je suis convaincu qu’on sera prêt rapidement. Nous avons une organisation qui dépend des joueurs. Ça ne s’éloignera pas du 4-4-2, mais on peut jouer en 4-2-3-1 ou 4-3-3. Ça dépend des profils. On ne va pas changer de système en fonction de l’adversaire. »

Un article lu 1736 fois