Progression à Braga, difficultés à Marseille : Vitinha se livre

Lors d’une interview accordée à Free Ligue 1, le buteur portugais a nommé le joueur qui avait changé sa jeune carrière à Braga. Il a aussi fait part de ses difficultés à s’adapter lors des premières semaines à Marseille.

Vitinha

Interrogé par Alexandre Ruiz pour Free Ligue 1, Vitinha a détaillé l’importance de son ancien partenaire, Rui Fonte, dans sa progression : « Un modèle que j’avais et que nous devions tous avoir étant jeune, c’est Cristiano Ronaldo. Mais j’ai aussi une personne très spéciale : Rui Fonte. C’est une personne qui, à l’époque, m’a permis de surmonter des difficultés pour jouer dans l’équipe des moins de 23 ans de Braga. J’ai eu l’occasion de m’entraîner avec l’équipe A et à la fin de l’entraînement, il est venu me parler pour me demander comment se passait la saison, comment je me sentais. Et moi, un peu gêné de dire la vérité, j’ai dit, tout se passe bien, les entraînements se passent bien, les matchs aussi. Il m’a regardé et m’a dit : ‘non, tes matchs ne se passent pas bien, tu ne joues pas, je sais que les choses ne se passent pas comme tu le souhaites. Puis, il est resté une demi-heure à me parler, à m’encourager à voir le football différemment, car je n’avais pas encore la maturité et l’expérience. En me parlant, il a réussi à briser une barrière. »

Le natif Cabeceiras de Basto est ensuite revenu sur son départ pour l’OM : « Quand j’ai eu la certitude de venir à Marseile, je n’ai même pas appelé mes parents, car je n’osais pas leur dire. Ça n’allait pas, c’était très difficile quand je suis venu ici. Mon adaptation a été difficile, car je suis loin d’eux. C’est un nouveau club, une nouvelle ville, ça a été dur parce que j’ai quitté les personnes que j’aime. À Braga, j’étais dans mon confort, tranquille parce que j’avais tout le monde à mes côtés. Cela m’a beaucoup affecté, il m’a fallu longtemps pour accepter ça. C’est l’une des choses qui a le plus entravé mon adaptation à Marseille. Je suis un jeune homme qui ressent beaucoup de choses, très authentique. »« 

Un article lu 1850 fois