La grande fête organisée par Di Meco

Eric Di Meco a organisé une grande fête, vendredi soir, en marge des célébrations des 30 ans de la victoire en Ligue des Champions. L’ancien joueur de l’OM fêtait ses 60 ans.

Eric Di Meco

Eric Di Meco a profité des célébrations de la C1 pour célébrer ses 60 ans, dans le cadre du Fortin des Corbières. « Je suis rusé. À l’approche de mes 60 ans, ma compagne m’a demandé ce qui me ferait le plus plaisir. Je lui ai répondu : voir mes anciens coéquipiers. Ils vivent dans plusieurs pays, ils viennent de partout. Voilà comment je me retrouve avec des mecs que je n’ai pas vus parfois depuis longtemps… », a-t-il expliqué à La Provence.

« On a eu les larmes aux yeux pendant trois jours… »

Nombreux sont les anciens coéquipiers qui ont répondu à l’appel de l’ancien minot. Ce fut le cas de Didier Deschamps, Jocelyn Angloma, Fabien Barthez, Pascal Olmeta, Jean-Jacques Eydelie, Allen Boksic, Abedi Pelé, Yvon Leroux, Christophe Dugarry, Marcel Dib, Rod Fanni, Jean-Christophe Marquet, Jean-Pierre Papin, Carlos Mozer, Jean Tigana, Carlos Mozer, Jean Tigana, Karl-Heinz Förster ou Dragan « Pixie » Stojkovic, Michel Platini, David Ginola ou Alain Roche.

Et il n’y avait pas que des joueurs. Benoît Payan, Jean-Claude Gaudin, Renaud Muselier, Akhénaton, Patrick Bosso, Philippe Corti ou Jean-Pierre Foucault étaient également présents. Emmanuel Macron et Albert II ont notamment fait passer un message en vidéo. « C’est une victoire historique. Je pensais très fort à vous. Je n’ai jamais cessé d’être fidèle à l’OM et vous en êtes la génération mythique. Vous savez ma fidélité, fêtez bien ça, bon anniversaire et merci ! », a par exemple lâché le chef de l’Etat français.

Nombreux sont ceux qui lâché quelques phrases (lire La Provence du jour). « Mon père m’a éduqué à aller voir les matches de l’OM dans les gradins au stade, à cinq ans. C’est le souvenir de mon papa qui est parti à Munich pour le match. On était en train d’enregistrer Ombre est Lumière à Aix. On avait regardé le match avec des Milanais. On a eu les larmes aux yeux pendant trois jours… », s’est remémoré Akhénaton.

1993 n’a jamais été autant célébré que ce vendredi. La fête continuera au Stade Orange Vélodrome, ce samedi soir, avec un tifo géant et la présence des anciens.

Un article lu 1387 fois