Alonzo loue le travail de Tudor

Lors d’un entretien accordé à La Provence avant la trêve, Jérôme Alonzo a livré ses impressions sur le travail réalisé par Igor Tudor.

Jérôme Alonzo

L’ancien portier de l’OM et du PSG a souligné une nouvelle fois la très bonne saison que réalisent les Phocéens sous la coupe d’Igor Tudor. Malgré tout, il estime que le manque d’adaptation du coach croate pourrait poser problème à terme : « Il y a deux inconvénients au système Tudor, malgré le fait que l’on se régale. D’une part il épuise les gars, et d’autre part il n’y a pas de plan B. Oui ça court tout le temps, oui, c’est généreux, oui c’est parfois déséquilibré, mais jamais Igor Tudor ne passera à quatre derrière ou à deux devant. Ça reste une saison de malade, jusqu’à preuve du contraire, mais on commence à se dire que les bonnes équipes, et pas que les bonnes, connaissent la solution face à l’OM. Tudor est cohérent avec lui-même. Il a un noyau dur avec des Mbemba, Rongier, Ünder et Sanchez. Quand je parle d’absence de plan B dans la tactique, je pense que c’est aussi le cas dans le turn-over. J’ai hâte de voir la façon dont Tudor va compenser l’absence d’un gars qu’on ne cite pas souvent, Sead Kolasinac, mais qui ne cesse de nous épater depuis l’enfer qu’on lui promettait après sa tête manquée contre Tottenham. Heureusement que Samuel Gigot revient. Ce n’est pas le même profil, mais niveau esprit guerrier c’est pas mal du tout aussi. »

Le consultant Prime Video estime, par contre, que le natif de Split arrive souvent à peser sur les matchs par son coaching : « Il est souvent très bon en cours de match. On ne compte plus les débuts de deuxième mi-temps où l’équipe est transfigurée, pas plus tard que face à Strasbourg d’ailleurs, après un premier acte sincèrement dégueulasse. Tudor agit beaucoup et je ne reprocherai jamais à un coach d’être proactif sur son banc de touche. Un coach, c’est comme un joueur, même pire puisque ses décisions ont un impact direct sur le collectif. Parfois c’est bien, parfois il se trompe. Pour moi, un coach a le droit à l’erreur. C’est trop facile de taper sur lui. Ce que réalise ce mec est phénoménal depuis le mois d’août, malgré les sifflets avant son premier match et ceux après l’élimination de la Ligue des champions. Il propose du jeu, il a de super résultats en championnat, mais tu as l’impression qu’il ne suscite pas un engouement à la hauteur de ce qu’il apporte à ce club, cette ville. Il protège son groupe, il joue son rôle. Il est toujours là à l’échauffement, derrière ses joueurs. Ce gars est omniprésent, il s’engage à 100%. »

Un article lu 1188 fois