Deschamps : « Si on prend le troisième, il n’y a rien à dire »

Interrogé par TF1 après la finale, Didier Deschamps a estimé que son équipe n’avait pas répondu présente durant une grande partie du match.

Didier Deschamps

Logiquement marqué par la déception lorsqu’il est arrivé au micro de BeIn Sports après la rencontre, Didier Deschamps a livré son analyse de la finale contre l’Argentine. Sans surprise, il a pointé du doigt les nombreux manques de son équipe durant 70 minutes : « C’est cruel, mais il faut malheureusement l’accepter. On revient de nulle part. À 2-0, si on prend le troisième, il n’y a rien à dire. On n’y était pas pour différentes raisons. On n’a pas eu des choses simples à gérer depuis quatre jours. Ça ne nous a pas empêchés de faire ce qu’on a fait, de revenir de nulle part. On a même eu la balle du match au bout du pied de Randal Kolo Muani. C’est comme ça. C’est encore plus dur et les regrets sont encore plus importants. Malgré tout, on n’a pas fait ce qu’il fallait pendant une heure. On est tombés face à un adversaire… On les connaît. Ils ont l’expérience. Je n’enlève pas le mérite et je félicite cette équipe de l’Argentine pour ce titre. Ils avaient très mal commencé la compétition en perdant, mais malgré tout, avec toute cette force en face de nous, on a renversé une montagne. »

À l’image d’Hugo Lloris, le sélectionneur n’a pas souhaité s’exprimer sur son avenir : « Même si le résultat avait été différent ce soir, c’est l’Équipe de France qui est importante, pas mon avenir. J’ai un rendez-vous avec mon président en début d’année et je discuterai avec lui. C’est le football, c’est le plein d’émotions. Quand la fin est heureuse, c’est merveilleux, et ce soir, la fin est terrible. C’est le foot. »

Un article lu 2634 fois