Rothen : « bien plus grave à Marseille »

Après la suspension à titre conservatoire du Stade Armand Cesari de Furiani par la Ligue de Football Professionnel suite aux nombreux incidents qui s’y sont déroulés, Jérôme Rothen estime que le club corse est persécuté puisque selon lui à Marseille c’est bien pire quand on s’y déplace. « On a l’impression que le Sporting dérange en […]

Après la suspension à titre conservatoire du Stade Armand Cesari de Furiani par la Ligue de Football Professionnel suite aux nombreux incidents qui s’y sont déroulés, Jérôme Rothen estime que le club corse est persécuté puisque selon lui à Marseille c’est bien pire quand on s’y déplace. « On a l’impression que le Sporting dérange en Ligue 1. Le club et les joueurs ne se laisseront pas abattre et nous dérangerons encore longtemps. On veut tout simplement tuer le club. Lorsque je jouais au PSG, à chacun de nos déplacements à Marseille, notre bus était accueilli par des caillassages. Des choses bien plus graves qu’à Furiani se sont produites durant ces matches, pour autant le club (marseillais) n’a jamais vu son stade suspendu à titre conservatoire« .

S’il est vrai que des caillassages ont été répertoriés aux abords du Stade Vélodrome lorsque le PSG s’y déplace, mais peut-on faire des leçon de morales sur la sécurité des rencontres quand on a porté le maillot du PSG ? Néanmoins, il vise juste lorsqu’il parle de deux poids deux mesures puisque lorsqu’il y a eu les énormes incidents relatifs aux supporters parisiens, la Ligue n’a jamais suspendu le Parc des Princes à titre conservatoire estimant que les débordements (on parle même là de mort d’un homme) en dehors d’un stade ne pouvait pas justifier d’une sanction pour le club. Pour Bastia, le discours est différent.

Un article lu 8485 fois