Bakayoko : « Je suis parti quand l’OM a rejoué la Ligue des champions »

L’équipe de France affrontera la Côte d’Ivoire, vendredi, au stade Orange Vélodrome. Ibrahima Bakayoko se réjouit que le public phocéen voie jouer l’équipe de son pays. L’ancien attaquant a confié ses souvenirs.

Bakayoko et van Buyten

Dans les colonnes de La Provence, Ibrahima Bakayoko a commenté la tenue du match France-Côte d’Ivoire à Marseille : « Si c’est une affiche qui me plaît ? Oui. Pour que le public marseillais voie un peu mon pays, la Côte d’Ivoire à travers les joueurs de la sélection. J’aurais aimé jouer un tel match, nous n’avions pas trop la chance d’affronter des pays européens, même s’il était encore plus difficile de jouer en Afrique. C’est bon de se frotter à une grande nation du football comme la France, ça permet de progresser sur tous les plans, notamment dans la discipline tactique qui a beaucoup évolué », a-t-il confié.

« Nous n’avons jamais lâché »

Il a passé quatre saisons à l’OM. Il en garde de forts souvenirs : « La période où nous avons failli descendre et où nous n’avons jamais lâché. Quand tu respectes ce club, le minimum c’est de le laisser dans l’état où tu l’as trouvé quand tu es arrivé. Pas le laisser descendre en D2. J’avais ça en tête : j’ai signé quand l’OM jouait la Ligue des champions, alors à défaut de gagner un trophée, au moins je suis parti quand l’OM a rejoué la Ligue des champions. » Il a également apprécié la vie, alors qu’il logeait près des Calanques : « Ma vie à Cassis, un endroit exceptionnel. J’avais une vie très rangée et les gens étaient gentils. » L’Ivoirien s’est souvenu d’avoir côtoyé Georges Weah, à Marseille : « Il y a des anciens qui t’inspirent, il faut donner le meilleur de toi-même. Marseille était une vitrine pour la jeunesse africaine, car les matches de l’OM étaient beaucoup suivis en Afrique, notamment au Sénégal. »

Ibrahima Bakayoko a disputé 136 matchs sous le maillot olympien, entre 1999 et 2003. Et il a marqué 34 buts.

Un article lu 3245 fois