Les souvenirs de la petite-fille de Marcel Leclerc

Laure-Agnès Caradec, élue phocéenne, s’est remémorée quelques souvenirs de son grand-père, un certain Marcel Leclerc.

Marcel Leclerc

« Son arrivée à l’OM a été un réveil. Les gens parlent encore de cette époque, il a suscité une passion que l’on a vécue ensuite sous Tapie, parallèle évident, deux présidents charismatiques, ces vibrations, cet engouement… » a-t-elle notamment expliqué à La Provence. Et d’ajouter : « À son contact, c’était tout le temps la fête. Quand il vivait à Paris, il roulait parfois toute la nuit, arrivait pour prendre le petit-déjeuner chez mes parents. J’ai vécu dans cette culture, avec ses photos, ses coupes, la sculpture d’un lion suédois offerte par Magnusson, les histoires qu’il nous racontait, que mes parents ont transmis, les visites chez Skoblar. Certains événements dont je ne peux pas me souvenir parce que j’étais trop petite, j’ai l’impression de les avoir vécus quand même, comme son plongeon dans le Vieux Port. »

« Les Verts, ce sont nos rivaux »

Elle se souvient également de la rivalité avec l’ASSE, que le club phocéen affrontera ce dimanche (21h00) : « Ah ! Saint-Étienne ! Quelle rivalité avec le président Roger Rocher ! Il chambrait mon grand-père : ‘Je vous vois dans mon rétroviseur’. Quand l’OM a été champion, les rap- ports se sont tendus, notamment lorsque Georges Carnus et Bernard Bosquier ont signé à l’OM. Les Verts, ce sont nos rivaux et ça, ça reste… »

Un article lu 2727 fois