Canal propose la solution du pay-per-view

Lors d’un long entretien accordé au Figaro, Maxime Saada a expliqué pourquoi Canal ne ferait pas l’effort pour aider la Ligue 1. Il considère que la compétition n’est plus nécessaire à la chaîne cryptée.

LFP

« La Ligue de Football Professionnelle (LFP) vient de récupérer les lots de Mediapro depuis seulement quelques jours. Nous sommes finalement arrivés à la conclusion côté Canal+ qu’il était dans l’intérêt pour toutes les parties prenantes de passer par un appel d’offres. Nous avons donc adresse un courrier à la LFP pour lui indiquer la restitution du lot 3 que BeIN Sports nous a sous-licencié », a-t-il indiqué au quotidien. Il n’a pas digéré le résultat du dernier appel d’offre : « Nous n’avons jamais fait d’offre dans ce sens à la LFP car, après réflexion, nous avons conclu qu’il était impossible de passer par cette procédure. Et ce pour trois raisons. La première est qu’il y a incontestablement une perte de confiance entre Canal+ et les responsables du football français. Nous n’avons pas été traités correctement ces dernières années. Nous n’oublions ni le report des matchs par la LFP sans concertation lors du mouvement « gilets jaunes », ni l’argent supplémentaire demandé pour décaler le coup d’envoi du match du dimanche soir de 15 minutes, et encore moins les réjouissances de nombreux présidents lorsque Canal+ est rentré bredouille de l’appel d’offres de 2018. Je précise que Vincent Labrune n’y est pour rien. Il est d’ailleurs probablement l’un des seuls à pouvoir restaurer la confiance. Mais ce sont des évènements qui ne peuvent s’oublier. La deuxième raison est juridique. Tout accord de gré à gré pour la reprise des lots de Mediapro serait juridiquement contestable d’un point de vue concurrentiel car il serait contraire au code du sport. (…) La troisième raison est effectivement économique. Mediapro a fait la démonstration que la L1 ne valait pas 1,156 milliard d’euros. Mais combien vaut-elle ? Il n’y aura visiblement pas de consensus. (…) Côté Canal+, nous pensons que la Ligue 1 est subventionnée depuis de nombreuses années. Aucun diffuseur n’a réussi à la rentabiliser. »

« J’estime que le produit L1 a été dégradé dans l’absolu »

Il pense que la Ligue 1 ne vaut plus grand-chose : « J’estime que le produit L1 a été dégradé dans l’absolu. Pour des raisons conjoncturelles tout d’abord. La diffusion sur Téléfoot (la chaîne de Mediapro) a fortement réduit l’exposition de la compétition. Selon le fameux adage, « loin des yeux, loin du coeur ». Le Classico PSG-OM qui rassemblait auparavant plus de 2 millions de téléspectateurs sur Canal+, avec des pics à plus de 3 millions, n’en a rassemblé que 400.000 sur Téléfoot. Le même soir, Canal+ a fait mieux avec un match du Top 14 de Rugby. (…) La valeur de la Ligue 1 a également baissé pour Canal +. Suite à l’appel d’offres de mai 2018, nous nous sommes adaptés. Nous avons modifié notre grille pour valoriser la diversité de notre offre sportive en particulier avec le Top 14 et le lancement du MotoGP (j’ai d’ailleurs une pensée pour Pierre Lelong notre directeur des acquisitions qui vient de nous quitter), nous avons signé un accord de distribution exclusive avec beIN Sports et Disney+, et nous avons récupéré la Ligue des Champions à partir de 2021. Tout ceci a conduit à un taux de satisfaction record de nos abonnés, témoin de la perte d’importance de la Ligue 1 pour Canal +. » Il propose une autre solution : « Pour en terminer avec cette situation, nous allons proposer à la LFP une solution technique universelle qui permettra à tous les Français, abonnés ou non à Canal+, de suivre les matchs en Pay per view (paiement à l’acte). Bien sûr, Canal+ reverserait l’essentiel des recettes à la LFP, et donc aux clubs. »

Un entretien qui montre combien l’esprit de la chaîne cryptée a changé, ces dernières années. Elle pourrait bientôt s’en mordre les doigts. Quant au football français, il est en danger de mort.

Un article lu 4762 fois