Defrel : « C’est avec De Zerbi que j’ai joué le meilleur football »

Grégoire Defrel s’est remémoré son passage à Sassuolo, où il a connu Roberto De Zerbi. L’attaquant en garde des souvenirs marquants.

Roberto De Zerbi © Icon Sport

Interrogé par L’Equipe, Grégoire Defrel s’est exprimé sur son passage à Sassuolo. Le joueur y a connu le nouvel entraîneur de l’OM, Roberto De Zerbi, dont il ne cache pas certains excès : « Quand il entre sur le terrain, c’est un autre homme, très sévère, qui s’énerve et crie beaucoup. Je retiens les exercices pour les sorties de balle. Ça pouvait durer une heure. Tant qu’il n’obtenait pas ce qu’il voulait, on ne sortait pas du terrain, il hurlait : “Vous n’allez pas rentrer chez vous !” Il y avait même parfois des insultes, mais ça restait dans le cadre du foot évidemment, et puis quand le dimanche arrive, que tu t’amuses, que ça joue, tu te dis que ça vaut le coup. »

« C’est un disciple de Pep »

La méthode de De Zerbi n’est selon lui pas acceptée par tous les joueurs : « C’est avec ce coach que j’ai vu le plus de joueurs saturer, mais c’est aussi avec lui que j’ai joué le meilleur football. Il a son ego, ça pouvait vite monter en bagarre, mais ensuite il convoquait dans son bureau, essayait de comprendre et d’arranger le truc. De toute façon, tant qu’on le lui rendait en match, tout allait. Et en dehors du terrain, c’est un super bonhomme. » En termes de jeu, le technicien italien trouve notamment son inspiration dans la méthode de Pep Guardiola : « C’est un disciple de Pep, il voulait qu’on observe ses sorties de balle et nous conseillait de regarder les grands matches en général. De Zerbi ne voulait pas qu’on dégage le ballon, lui, c’est vraiment le jeu au sol. Il disait qu’il bandait quand une action partait du gardien et qu’elle arrivait proprement dans la surface adverse après cinquante passes. Pour lui, c’était un orgasme. »

Au point que Roberto De Zerbi est capable de s’en prendre à ses joueurs après un succès : « Bien sûr ! Il nous a passé des savons après avoir gagné des matches sans jouer comme il le voulait, ça a créé des frictions avec des joueurs, certains en avaient marre. Le lendemain, c’était double ration d’entraînement, il fallait tout refaire, et le dimanche suivant, on gagnait mais avec la manière, alors on se disait “put…, ça paie !” »

Roberto De Zerbi a passé 120 matchs sur le banc de Sassuolo, pour 43 succès, 36 matchs nuls et 41 défaites. Il a quitté le club des neroverdi en 2021.

Un article lu 1100 fois