Résumé match
OM - Caen



Après les mauvaises prestations récentes en championnat, les Olympiens doivent confirmer leur bon premier match européen en recevant un équipe a priori faible, les Tchèques du Slovan Liberec.
Georges-Kevin Nkoudou est le seul blessé de l'effectif alors qu'Abou Diaby n'a pas été retenu pour jouer en Ligue Europa. Michel fait encore un peu tourner son onze de départ mais reste fidèle à son 4-3-3 mais avec un milieu modifié (deux joueurs près de la défense et un meneur de jeu axial). Steve Mandanda est toujours le capitaine est gardien, Mauricio Isla occupe la droite de la défense, Benjamin Mendy est de retour à gauche alors que les deux stoppeurs sont Karim Rekik et Rolando ; Alaixys Romao et Lucas Silva sont les milieux les plus défensifs avec et Rémy Cabella plus haut en position de meneur de jeu axial ; les trois attaquants sont, de droite à gauche, Lucas Ocampos, Michy Batshuayi et Romain Alessandrini.
Les remplaçants sont Yohann Pelé, Brice Dja Djédjé, Paolo De Ceglie, Nicolas Nkoulou, Stéphane Sparagna, Abdelaziz Barrada et Bouna Sarr. Gael Andonian, Javier Manquillo, Lassana Diarra et André-Frank Zambo-Anguissa ne sont pas sur la feuille de match.

Dans un stade bien vide, les Olympiens dominent très largement mais ne parviennent pas à marquer pas plus que les Tchèques, uniquement présents pendant les 5 dernières minutes de la première mi-temps.
L'OM continue de dominer nettement après le repos mais la maladresse ne permet pas de marquer. En fin de match, les joueurs du Slovan font le hold-up en marquant sur une de leurs très rare offensives.

L'homme du match


Benjamin Mendy (6) : auteurs de plusieurs bons centres (mal exploités), il a aussi été l'auteur d'un bon retour défensif.

Les autres joueurs

Steve Mandanda (5.5) : un match tranquille avec quelques prises de balle aériennes mais malheureusement un but encaissé sur un tir de près à cause d'une défense incapable de se dégager sur une des rares incursions tchèques.
Mauricio Isla (4) : très peu présent offensivement, il a aussi été l'auteur d'une piteuse relance juste avant le repos. Il est sorti en milieu de seconde période après une prestation très terne.
Brice Dja Djédjé (non noté) : il a pris la place du Chilien pour essayer d'apporter du punch offensif. C'était mieux que le titulaire mais cela n'a pas suffi.
Karim Rekik (5) : il n'a pas su marquer sur deux têtes offensives et, défensivement, il a pris un carton évitable en fin de première mi-temps et a surtout bêtement concédé le corner à l'origine du but.
Rolando (4.5) : le stoppeur droit a été assez rustre dans ses interventions mais il est difficile de le juger tellement les Tchèques l'ont peu sollicité.
Alaixys Romao (5.5) : encore titulaire en Coupe d'Europe, il a commencé par un super retour défensif sur un coup-franc et a aussi placé deux têtes non cadrées.
Lucas Silva (5) : il a touché pas mal de ballons mais n'a pas réussi à porter le danger devant le but adverse malgré une frappe difficilement renvoyée par le gardien et un tir du gauche non cadré en début de seconde mi-temps.
Rémy Cabella (4.5) : pour la première fois il a évolué dans un rôle plus axial, comme meneur de jeu. Il a essayé mais, si ce n'est un bon centre pour Ocampos et un tir trop mou sur le gardien, il ne s'est guère mis en évidence.
Abdelaziz Barrada (non noté) : il a pris la place et le poste de l'ancien de Newcastle pour les 20 dernières minutes et a eu le temps de décocher une belle frappe détournée en corner.
Romain Alessandrini (5) : il a beaucoup essayé avec des courses, des tirs mais rien de décisif et de la maladresse dans le dernier geste comme ses partenaires.
Bouna Sarr (non noté) : entré à la place du numéro 11, il s'est montré sur une volée puissante incroyablement détournée par le gardien.
Lucas Ocampos (4.5) : assez actif, il a eu pas mal de munitions mais a été maladroit et pas assez collectif à plusieurs reprises.
Michy Batshuayi (4) : c'était un match pour lui avec une large domination mais il a été d'une rare maladresse technique et a souvent fait de mauvais choix.

Alors que le Slovan Liberec était faible voire très faible, les Olympiens ont été d'une rare indigence devant le but étant incapables de marquer et réussissant l'exploit de prendre un but alors qu'il n'ont quasiment pas été inquiétés.
Les performances individuelles ont été médiocres dans l'ensemble. Seul Benjamin Mendy est un peu sorti du lot alors qu'il est plus difficile de désigner le pire Olympien, peut-être Mauricio Isla, quasiment transparent.
Alors que la phase de poule de la Ligue Europa s'annonçait bien, cette lamentable défaite remet les hommes de Michel face à la dure réalité qu'ils sont une équipe largement remaniée et très quelconque. Le reste de la saison s'annonce bien compliqué avec sûrement quelques exploits et beaucoup de désillusions... A savoir si dimanche au Parc cela sera plutôt l'enflammade ou la fessée.

Dans l'actualité de l'OM