Après une saison 2011-2012 catastrophique, l’OM s’est vu dans l’obligation de continuer son opération dégraissage. Le club a réussi à trouver un point de chute à Alou Diarra (ce qui ne paraissait pas si évident) et n’a pas renouvelé le contrat de ses deux Brésiliens, Elinton Andrade et Brandao. Malheureusement pour les supporters, Vincent Labrune ne s’est pas arrêté là. En effet, les départs cumulés de Stéphane Mbia et de César Azpilicueta ont été plus durs à digérer, même si les arrivées de Joey Barton et de Lucas Mendes ont atténué ce sentiment. Pour compléter le groupe phocéen,les dirigeants se sont tournés vers la Ligue 2 (plus en adéquation avec les finances du club plutôt qu'avec ses ambitions). Ainsi Kassim Abdallah, recruté à Sedan et Florian Raspentino, arrivé gratuitement de Nantes, intègrent l'effectif phocéen.

Personne ne s’attendait donc à ce que l’OM réalise un début de saison extraordinaire au niveau comptable, cependant les hommes d’Élie Baup ont déjoué tous les pronostics, se payant même le luxe de terminer l’année 2012 avec autant de victoire qu’en fin de saison dernière (12) et surtout, ils obtiennent un total de 38 points soit 3 de plus que lors de l’année du dernier titre.

Une attaque en berne

Malgré ce que l’on pourrait penser en ne regardant que le classement, l’attaque olympienne est très loin d’être aussi bonne que celle des concurrents directs. Avec seulement 24 buts marqués, l’OM a eu énormément de mal à faire trembler les filets adverses.
Plusieurs explications sont possibles comme la reprise difficile de Loïc Rémy (1 seul but marqué), la malheureuse blessure d’André-Pierre Gignac alors qu’il était en pleine confiance (6 buts quand même) et le manque d’altruisme de Jordan Ayew (4 buts). Fort heureusement, ces dysfonctionnements ont été compensés par le réalisme d’André Ayew qui a marqué 5 fois et par un grand Mathieu Valbuena (6 passes décisives et 2 buts) en permettant aux autres de se montrer en étant le métronome qu’il manquait au sein de l’effectif.

Une défense solide mais capable d’exploser

Avec 20 buts encaissés, l’OM a montré qu’il avait tendance à prendre l’eau après avoir encaissé un but rapide, cela permet aussi de relativiser, étant donné que 11 des 20 buts ont été encaissés en seulement 3 matchs (Valenciennes, Lyon et Lorient). La satisfaction de ce secteur est de nouveau le roc Nicolas Nkoulou, impressionnant aussi bien dans son placement que dans sa relance et sa puissance. L’OM a eu bien de la chance de le conserver cette année et la non qualification du Cameroun pour la CAN va bien arranger Elie Baup.
On pourra aussi noter la polyvalence de Rod Fanni et plus récemment la bonne tenue de Lucas Mendes qui sort pourtant d’une saison pleine au Brésil.

Un milieu en dessous de sa valeur

Le problème réside donc surtout au milieu de terrain, un domaine où Charles Kaboré nous montre ses limites, ce qui devrait, à terme, lui couter sa place pour le jeune et prometteur Rafidine Abdullah auteur d’un début de saison convaincant lorsque l’on a fait appel à lui. Une association avec Joey Barton pourrait peut-être permettre de stabiliser ce secteur où l’OM est un peu à la peine. Car hormis un Benoît Cheyrou vieillissant, l’OM ne pourra compter que sur les jeunes du centre de formation, des jeunes qui ont montré certaines limites lors de leurs apparitions en Ligue Europa.

En conclusion, sans être fantastique, l’OM a pris les points et se retrouve premier ex-aequo à la trêve, une place à laquelle même les supporters les plus fous n’auraient jamais imaginé finir l’année 2012.

Quelques liens utiles