Mercato, virages, journalistes... L'OM face à ses démons

  •    
  •    
  • om facebook

L'ambiance s'est tendue à la Commanderie, cette reprise d'entraînement. Il semble qu'on assiste à un concours de mauvaise foi entre, d'un côté, des dirigeants qui boudent, et de l'autre, des journalistes et des supporters qui ragent. Et le mercato n'avance pas et ne va pas permettre à André Villas-Boas de disposer de tout son effectif pour la préparation. Petit point sur la situation.

Frank McCourt propriétaire de l'OM

Saison 2018-2019, l'OM a manqué le coche et payé le prix d'une politique de recrutement et d'un coaching défaillants. Le retour du bâton est violent, puisque le fair-play financier a sévèrement réprimandé le club et imposé de grosses restrictions sur les dépenses. Il est bien sûr très facile de critiquer aujourd'hui (pour nous aussi) et l'on n'oublie pas qu'avant de tourner leur veste, certains des braillards parmi les plus virulents, tels Daniel Riolo ou Christophe Dugarry, avaient par exemple validé l'arrivée de Kevin Strootman.

Eyraud se tire une balle dans le pied

S'il faut donner raison aux critiqueurs sur une chose, c'est bien que Jacques-Henri Eyraud paraît à côté de la plaque, depuis le début de l'année. Très présent dans les médias au moment de promettre des stars, en début de projet, ou quand les résultats étaient conformes aux objectifs, JHE a disparu des radars en même temps que les joueurs de Rudi Garcia, fin 2018. Il ne défend plus son plan et fuit (clairement) ses responsabilités.

Par son silence, le président a peut-être à coeur de démontrer que l'institution n'est pas vulnérable et se moque des commentaires. Il n'en reste pas moins évident que son mutisme donne des cartouches à ses détracteurs. Il laisse libre champ aux malveillants qui cherchent à l'enfoncer et attiser la colère du public. Cela ressemble à une erreur de communication : Eyraud ne s'en sortira pas en se mettant tout le monde à dos.

Comme le soulignait Bernard Tapie, la question des compétences du président de l'OM peut aussi se poser, alors qu'il n'est pas certain qu'il ait vu venir les difficultés. Non, un club de foot ne se gère pas comme une entreprise lambda.

Certains leaders de groupe n'attendaient que ça

Une poignée de chefs de groupe, en particulier dans le virage sud, utilise le moindre pet de mouche pour transmettre son message de haine contre les dirigeants. Il y a quelques années, Ultras et Winners se moquaient royalement que la formation olympienne joue en doré, violet ou orange. Ils se foutaient aussi que Robert Louis-Dreyfus choisisse des sociétés "amies" comme sponsor principal, sans qu'aucun effort ne soit fait sur ses couleurs. Et le fait qu'Adidas sous-paye le club, comparé à ce qui se faisait ailleurs, leur passait au-dessus de la tête.

Or depuis l'arrivée de Frank McCourt, les deux groupes de supporters multiplient les revendications. Certains affirment même que le bilan est pire qu'avec les Louis-Dreyfus. Une 5e place, avec Frank McCourt, équivaudrait à une 15e position avec RLD.

S'ils ont mal été utilisés, les 250 millions investis par l'Américain sont réels. La leçon de morale sur le foot business et l'usage de l'argent par les dirigeants des assos devient vraiment difficile à admettre. D'autant plus quand elle émane de certains capos qui lancent des grèves dans des matchs à enjeu et n'ont cure des conséquences liées aux débordements ou au craquage des fumigènes (combien de huis clos la saison passée, en C3, notamment ?).

Et n'oublions pas que le message "L'OM, c'est nous" peut avoir plus d'une signification.

Des journalistes qui exacerbent les tensions

On a compris depuis longtemps qu'une crise olympienne faisait vendre davantage de papier et que L'Équipe en rajoutait systématiquement sur les polémiques. Au point que la saison de l'OM fait office de catastrophe, quand Monaco, qui investit quand même des sommes considérables dans ses recrues (l'ASM a fait 261 millions d'euros d'achat sur les mercatos estivaux 2017 et 2018) et bénéficie d'avantages fiscaux assez énormes, passe au travers des gouttes. On va mettre ça sur le compte de la popularité du club marseillais.

Le son de cloche est paradoxalement le même du côté de La Provence, qui se laisse peut-être un peu emporter par sa passion, ou influencer par certains ultras. Lors du dernier exercice, le quotidien délivrait des notes carrément plus sévères que L'Équipe, un comble.

La stratégie a été mauvaise, les résultats ne sont pas bons et des erreurs ont été commises. Mais ne peut-on pas faire preuve d'une certaine mesure ? Comme certains chefs d'association des virages, quelques journalistes donnent l'impression de savoir mieux que quiconque ce qui est convenable pour le club.

Ne pas dégoûter McCourt

Le bilan 2018-2019 est très décevant. Il pourrait avoir scellé le sort du Champions Project et ce mercato ressemble à celui de la dernière chance. Mais rien n'est perdu ! Certains acteurs de la sphère olympienne, qui se revendiquent comme les bergers de l'institution, contribuent largement à sa déstabilisation. Et ce qui ne constituerait ailleurs qu'une petite brise se transforme en ouragan.

Le risque serait de dégoûter McCourt, qui y est quand même de sa poche pour une belle somme, et ses potentiels successeurs. Certains donnent l'impression de vouloir sciemment écoeurer l'Américain, comme cela avait été le cas de son prédécesseur. Et on resterait comme des c..., s'il cédait à certaines de leurs exigences pour obtenir une paix sociale et misait finalement sur ses autres business.

D'accord ? Pas d'accord ? A vos commentaires !

Par Meyer Lanski le mercredi 03 juillet 2019 à 18h36 - 3718 lectures.
Mercato : l'OM convoiterait Lasne
Changement de couleurs : Uber Eats s'explique

Frank McCourt : son actualité

6 réactions à cet article
03/07/2019 à 18:57
Pytheas83bm
Pytheas83bm

bravo meyer.
constat lucide.

03/07/2019 à 19:58
ESTEBAN 06
ESTEBAN 06

Je rejoins aussi totalement son point de vue .

03/07/2019 à 20:44
Bonne Leffe 93
Bonne Leffe 93

Un tour d'horizon pertinent et lucide. Cette saison ne démarre guère mieux que la précédente.
On croise les doigts pour que l'effectif ne soit pas pire que l'an passé afin qu'AVB puisse travailler dans de bonnes conditions.
Il serait peut-être temps qu'un grand nettoyage ait enfin lieu, si c'est possible...

03/07/2019 à 21:53
franc tireur
OM

j'allais dire la meme chose , les fautes en plus.
je rajouterais pour ma part , que eyraud a fait beaucoup de trés grosses erreurs ,qu'il apprenne et qu'il ne recommence pas , autrement s'en est fini pour lui.

04/07/2019 à 09:36
Bonne Leffe 93
Bonne Leffe 93

Son problème à Eyraud est qu'il n'évolue pas favorablement en tenant compte de ses erreurs.
Surprenant que FMC ne se rende pas compte qu'il n'est pas à sa place à l'OM.
Arrivera-t-il un jour à être un bon dirigeant ???...

04/07/2019 à 10:10
_Sentenza_
_Sentenza_

J'adhère en tout point !

Le mercato n'a pas été abordé, ah mince c'est vrai qu'il n'a pas commencé chez nous. La canicule sans doute ?
Enfin si on a déjà perdu deux titulaires indiscutables et deux remplaçants, certes chers et peu performants mais qu'il faudra remplacer quand-même là aussi.

Quand au comportement de JHE, bien malin celui qui pourra dire ce qu'il a derrière la tête. A mon avis, soit, comme il semblerait, il a été conforté par FMC et peut ainsi tenter l'épreuve de force avec les médias, soit il a la pression et joue son va-tout en misant sur les résultats et les résultats only, le seul truc qui compte au final, en laissant parler nos critiques.
C'est certainement un peu des deux en fait.
Pari très risqué en effet à l'OM que de se mettre les supps + la presse qui les excite à dos mais je suis d'avis de ne faire aucun cadeau aux 3 médias qui nous attaquent le plus (groupe l'équipe, RMC et la Provence). Il faudrait qu'il communique avec d'autres médias cependant. Pourquoi pas les sites internet d'ailleurs tient ? Lui qui a des visions d'avenir c'est ca le futur pourtant !

Dans tous les cas je suis pessimiste sur la saison qui vient, même si comme dit on a encore 2 mois pour recruter intelligent, cela-dit vu le nombre de joueurs à faire venir désormais je crains que l'on se plante une fois de plus, globalement.

Pour réagir, s'inscrire gratuitement ou s'identifier ici si vous êtes déjà inscrit