LdC, réforme : Ceferin répond à Macron

  •    
  •    
  • om facebook

Aleksander Ceferin, président de l'UEFA, n'a que peu goûté à une intervention d'Emmanuel Macron, concernant la réforme de la Ligue des Champions.

Aleksander Ceferin

"Durant son discours, il a mentionné l'UEFA et dit que nous devrions faire attention aux changements concernant la Ligue des champions, que la solidarité est importante. Le discours du président était une interférence claire du politique avec le sport, ce qui nous a beaucoup surpris", a déclaré Ceferin à l'agence AP.

"Nous savons parfaitement ce qu'est la solidarité"

Il pense que la réforme n'est pas une révolution et que l'instance n'a pas à subir la pression des gouvernements : "Le fait que ces changements aient lieu ou non n'est pas important, rien n'est encore décidé. Ce qui compte, c'est que nous ne laissions pas les politiques nous dicter notre façon de gouverner le sport. Et puisque le président a mentionné la solidarité, l'UEFA est la seule organisation de football en Europe qui distribue des fonds sur tout le continent. Donc nous savons parfaitement ce qu'est la solidarité." Le discours du chef de l'État français a en tout cas fait réagir.

Certains pensent que l'attitude de Ceferin est dictée par une poignée de clubs influents et que ses décisions lèseraient les autres. Et on ne peut pas dire que le football français ait été très avantagé par les décisions de l'UEFA, ces trente dernières années. Tant attendu par les clubs modestes, le fair-play financier ne tient notamment pas compte des spécificités de chaque pays, en termes d'impôts et de cotisations, et ressemble étonnamment à un énorme bouclier qui protège les gros clubs.

Le football est à un virage et l'on peut penser que de sévères batailles auront lieu, ces prochains mois, et que chacun défendra ses intérêts.

Par FootMarseille le mercredi 05 juin 2019 à 08h39 - 1367 lectures.
Les Yankee vont faire appel
Nice : Ratcliffe veut rivaliser avec Lyon et l'OM

Aleksander Ceferin : son actualité

6 réactions à cet article
05/06/2019 à 08:50
Pytheas83bm
Pytheas83bm

bien sur que les états ont leur mot à dire quand des décisions visant à privilégier quelques clubs peuvent mettre en danger toute une économie.
les droits tv français ou autres, ce sont des milliers d'emplois derrière.
et cette super ligue qui pomperait les revenus des championnats nationaux, elle ferait quoi de cet argent ? payer encore plus les stars ? 36 millions par an pour certains ça ne suffit pas ?

05/06/2019 à 09:26
Vasco93
Vasco93

+ 10000 bien vu

05/06/2019 à 09:26
yohan26051993
yohan26051993

il dit quoi quand ce sont des états qui détiennent eux memes certains clubs (city, psg) et ce dans un cadre politique (pour image, et accompagnés d'accords politiques pour le qatar), ah non, il dit rien, il laisse meme le fpf se faire marcher dessus. par contre, quand il s'agit de défendre une superligue fermée qui ne réunira que les champions du portefeuille en oubliant toute notion de merite sportif pour y participer, il est là

05/06/2019 à 11:17
Aceboss
Aceboss

à 100 % d'accord avec Macron, Ceferin et Infantino (d'ailleurs venus de nulle part) sont 2 pitres illégitimes... à la solde de toujours les mêmes !
Au final, le FPP aura bien davantage désavantagé des clubs comme l'OM que des clubs comme le PSG, ce qui est purement risible !

05/06/2019 à 12:26
Jeremloveom
Jeremloveom

"l'UEFA est la seule organisation de football en Europe qui distribue des fonds sur tout le continent"

Super comme argument... Parce que personnelement je ne connais pas d'autre "organisation de footbal en europe" avec la même capacité que l'UEFA donc bon ..

05/06/2019 à 13:00
Bonne Leffe 93
Bonne Leffe 93

S'il doit y avoir une intervention politique auprès de l'UEFA, il serait souhaitable qu'elle soit européenne, étant donné que ces changements vont pénaliser les finances de beaucoup de clubs européens...

Pour réagir, s'inscrire gratuitement ou s'identifier ici si vous êtes déjà inscrit