Fair-play financier : le PSG bloquerait toutes les décisions

  •    
  •    
  • om facebook

Le cas du PSG provoque des dissensions, au sein de l'ICFC (instance de contrôle financier des clubs). Il bloquerait tous les autres dossiers.

Al-Khelaifi, McCourt et Eyraud

Selon L'Equipe, les membres de l'instance ne parviennent pas à se mettre d'accord, concernant le club parisien. Certains voudraient dévaloriser ses contrats avec des entreprises qataries, et d'autres non. Ils lui permettraient de présenter des comptes à l'équilibre, malgré les énormes investissements de l'été dernier.

Toutes les sanctions sont encore possibles

Le club de la capitale pourrait encore être concerné par les trois types de procédures : classer le dossier, proposer un accord de règlement ou le renvoyer, comme le Milan AC (qui a d'ailleurs déjà prévu de saisir le TAS), devant la peu conciliante chambre de jugement.

Et si l'OM n'est hors des clous que de 9 millions d'euros, il doit attendre de connaître la position de l'UEFA pour avancer sur son recrutement. On peut quand même se demander à quel point ce fair-play financier correspond à une vaste fumisterie.

par FootMarseille le mercredi 13 juin 2018 à 08h27
Michel favori pour prendre les rênes de la Roja ?
Grand banditisme : la réponse d'Eyraud

UEFA : son actualité

6 réactions à cet article
13/06/2018 à 08:42
Pytheas83bm
Pytheas83bm

j'ai du mal avec le TAS.
il a été créé en 1983 par samaranch et reconnu par le CIO, puis plus tard par la fifa, mais j'ai du mal à connaitre son degré de compétence.
je ne sais pas certain que le TAS ait envie de se mettre en conflit avec l'uefa, et si justice doit se rendre, elle ne peut pas remettre en cause un règlement d'une organisation sportive qui a été validé par l'ensemble des associations européennes et sa stricte application.

13/06/2018 à 09:14
Aceboss
Aceboss

On ne se demande plus si c'est une vaste fumisterie, c'en est une à coup sur !
Il a au moins 3 défauts :

- primo c'est un système qui favorise le statut quo alors qu'il était plutôt sensé le combattre, le tout alors que les moyens disproportionnés de certains clubs favorisent DEJA une concurrence faussée ;

- secondo, il est mortifère dans un cadre comme le nôtre avec reprise d'une feuille blanche par un nouvel actionnaire, rendant l'ascension au sommet très compliquée (en lien avec le point 1), et alors même que cette clause était prévue initialement : totalement inadmissible et incompréhensible qu'elle n'ait été conservée ;

- tertio, ça serait bien que ce FPF soit accompagné dans chacun des championnats européens - parallélisme des formes oblige - d'une DNCG à la sauce de chaque pays, mais harmonisée.

En effet, un club comme l'OM, alors qu'il essaie de tout mettre en place pour reconquérir un standing au plan européen, se heurte à un système totalement faussé et verrouillé.
CQFD

13/06/2018 à 09:26
djequé
djequé

Mais bien sur que c'est une vaste une vaste fumisterie.

13/06/2018 à 13:32
Bonne Leffe 93
Bonne Leffe 93

Mais pourtant il faut un FPF européen, sinon nous allons tout droit vers une place plus importante encore aux clubsles plus huppés...

13/06/2018 à 15:19
Tana
Tana

Ils reconnaissent que le contrat du PSG de 100me ne devrait être pris en compte que de 40 Me mais à part ça ils hésitent à les sanctionner ...

13/06/2018 à 16:08
om5413
om5413

Ca pose surtout des question sur la nature de cette instance. Si c'était juridique, la décision devrait déjà être prise. Si c'est politique, ce que je crois, alors on tergiverse sur tel ou tel contrat pour faire ou non passer le club. En somme, c'est ce qu'on estime que le QSG a le droit d'être qui va décider de comment les contrats seront interprétés. Les juristes qui voudraient s'en tenir à l'esprit initial du FPF n'ont qu'à bien se tenir.

Pour réagir, s'inscrire gratuitement ou s'identifier ici si vous êtes déjà inscrit