Samir Nasri : "je dois beaucoup à l'OM"

  •    
  •    
  • om facebook

En cette fin de saison, alors que l'OM s'apprête à vivre un sprint final haletant face à Nancy, afin de décrocher la troisième place qualificative pour la Ligue des Champions, le meneur de jeu phocéen, Samir Nasri, revient sur cette année écoulée pour L'Equipe, dans son édition du jour. Conscient de ne pas avoir été au niveau, tout du moins à la hauteur des attentes placées en lui, mais confiant pour la fin de saison marseillaise, le Minot annonce qu'il va prolonger son contrat avec le club et avoue ses espoirs pour l'Euro.

Sa saison moyenne
"C'est vrai que le contenu de mes prestations n'est pas aussi bon que celui de la saison dernière. On m'a souvent reproché de ne pas être assez décisif. Mais, paradoxalement, cette année, j'ai marqué plus de buts et réussi davantage de passes décisives*. Je suis triste d'avoir connu tous ces pépins et je regrette de ne pas avoir pu enchaîner sur mes prestations de l'année dernière. Je me suis senti remis en question mais les gens n'ont pas tenu compte des six mois difficiles que j'ai vécu**. Certains ont été ingrats. J'ai beaucoup appris cette année. Avec tout ce qui s'est passé, je ne pouvais pas répondre aux attentes".

Les sifflets face à Lille
"Cela peut paraître surprenant, mais ça ne m'a pas touché. Ce sont des choses qui arrivent, qui sont directement liées au contenu du match. Après le match à Metz, j'étais un héros. Là je n'étais qu'un malpropre. À Marseille c'est ainsi. J'ai enchaîné avec une bonne semaine de travail, j'ai joué au bowling, j'ai vu mes amis. Cela m'a permis de me ressourcer".

Le retour probable au 4-4-2 face à Monaco
"Je préfère ce système-là. En 4-5-1, je dois jouer très haut et très proche de Djibril (Cissé), presque comme un deuxième attaquant. Je suis donc obligé d'attendre et de décrocher pour avoir plus de ballons. Dans le 4-4-2, je suis plus milieu de terrain, c'est mon poste, derrière deux attaquants".

La 3ème place
"Le mental et l'expérience feront la différence pour y arriver. Nous connaissons déjà cette situation pour l'avoir vécu l'an dernier et nous avions fini en Ligue des Champions. Nancy n'a pas cet acquis. Certes, ils sont devant nous, mais il faut se souvenir de tout ce que nous avons réalisé pour revenir de la dix-neuvième place à la troisième. C'est encourageant. Et puis, sur les deux matchs précédant la défaite face à Lille, nous leur avions repris cinq points. Il reste quatre matchs. On pourra les dépasser".

Son avenir
"Je devrais prolonger à l'OM dans les dix jours. Il reste quelques petits problèmes à régler avec les avocats. Mais ça n'a pas de rapport avec la clause (NDLR. Qui permet à Nasri de partir tous les ans). Elle existe mais cela ne veut pas dire que je vais m'en servir. Je ne pense pas à partir. Sinon, je n'aurais pas prolongé mon contrat. J'aime ce club et je reconnais tout ce que je lui dois. On verra en fin de saison".

La grosse tête ?
"C'est vrai que je réponds moins aux sollicitations. Je suis un être humain, j'ai été sensible aux critiques. Je me protège, et je protège ma famille. Je n'ai pourtant pas changé, mes amis peuvent en attester. Et si j'avais été bon, personne ne dirait ça aujourd'hui".

L' Euro
"J'aimerai beaucoup disputer cette compétition, mais si je ne suis pas retenu c'est que je n'ai pas le niveau. Si je ne devais pas y aller, c'est que je ne le mériterais pas. Le choix est sans doute déjà fait pour un grande partie des joueurs, mais il reste quelques places à prendre".


* 26 matchs de Ligue 1 (2202 minutes) / 4 buts / 8 passes décisives
** Il s'est blessé en match de préparation face à Bordeaux, ce qui l'a rendu indisponible pour le début du championnat. Il a ensuite contracté un syndrome méningé qui l'a obligé à être hospitalisé durant une dizaine de jours.

Par Arn-oo le dimanche 27 avril 2008 à 12h02 - 5596 lectures.
Monaco-OM en chiffres
Monaco - OM : vaincre ou... vaincre

Samir Nasri : son actualité