Aulas : "Le PSG pénalise Lyon, mais aussi l'OM, Nice..."

  •    
  •    
  • om facebook

Le richissime PSG s'est ramassé, hier, sur le terrain du Real Madrid (1-3). Un peu plus tôt, les Parisiens s'étaient mangé un nouveau Scud de Jean-Michel Aulas.

Jean-Michel Aulas et Jacques-Henri Eyraud lors de Lyon-OM

Le président lyonnais avait donné rendez-vous à la presse, afin de présenter les comptes du semestre de son club, ce début de semaine. Il a annoncé un chiffre d'affaires de 147,6 millions d'euros, pour un bénéfice de 6,2 millions d'euros. Un bon résultat qui est dû en majeure partie au transfert d'Alexandre Lacazette (environ 49,6 millions d'euros, Ndlr).

JMA en a profité pour à nouveau évoquer la concurrence, jugée déloyale, du PSG : "L'écart qu'il y a entre le premier du championnat le PSG et les trois autres clubs qui suivent, Monaco, Marseille et Lyon est gênant, a-t-il lâché. En plus, on sait que les droits TV fixés jusqu'en 2020 ne peuvent pas bouger. Certains prétendent que l'arrivée de Neymar a changé la dotation, mais pas du tout, c'est faux et les dés sont pipés. Le Real Madrid fonctionne sur une économie réelle. Il est faux de dire que le Real est criblé de dettes, ce qu'un homme d'État a dit sur une chaîne télévision récemment (Nicolas Sarkozy, Ndlr). Le Real Madrid fonctionne sans l'aide d'un État."

"Cela pénalise mon club mais aussi les autres"

Et de poursuivre : "La France ne dispose que deux places automatiques en Ligue des Champions. Mais une est systématiquement attribuée grâce à l'aide d'un État à hauteur de 600 millions. Cela pénalise mon club mais aussi les autres, Marseille, Nice, Saint-Étienne, Bordeaux. Le Real Madrid comme le Bayern Munich, les clubs anglais, le Barça, a de vrais revenus, sur des bases de billetterie, de droits TV, mais pas sur l'approvisionnement comme ça d'un compte courant qui fausse la compétition."

Difficile de donner tort au patron rhodanien, même si l'écart entre le PSG et le second n'est pas vraiment différent de celui entre Manchester City ou le Bayern Munich et leurs poursuivants. Jacques-Henri Eyraud se montre pour l'instant diplomate avec les rivaux parisiens. Le comble serait que l'OM soit sanctionné par le fair-play financier, et pas les Parisiens...

par FootMarseille le jeudi 15 février 2018 à 09h34
Casanova : "Je ne pensais pas que Pelé était aussi fort"
Quand les joueurs de l'OM fêtent un but du Real Madrid !

Jean-Michel Aulas : son actualité

3 réactions à cet article
15/02/2018 à 09:48
macmanaman
macmanaman

complètement schizo ce mec
Pourquoi soutenir le psg sans retenue avant le match d'hier et chier dans leurs bottes dès le lendemain ? Pourquoi leur donner blanc seing en les réintroduisant dans le board l'ECA après avoir gueulé sur l'irrégularité de ce même club quelques semaines avant ?

15/02/2018 à 11:40
Bonne Leffe 93
Bonne Leffe 93

Tout ce qu'il dit sur les aspects financiers est pertinent et juste. C'est d'ailleurs inadmissible qu'il n'y ait aucune réaction tangible des institutions du foot, tant nationales qu'européennes...

15/02/2018 à 11:52
meunier111
OM

C'est très bien ce que fait HoleAss, quasiment le seul à parler de ce scandale qu'est le financement du QSG.

Pour réagir, s'inscrire gratuitement ou s'identifier ici si vous êtes déjà inscrit