Bedimo a eu envie "de pleurer et de tout casser"

  •    
  •    
  • om facebook

L'entrée d'Henri Bedimo, en seconde période, face au PSG, n'était vraiment pas un cadeau. En manque de temps de jeu puisque blessé depuis quatre mois, le latéral gauche n'avait pas les moyens de contenir ses adversaires.



En conférence de presse, le Camerounais a semblé très marqué par cette lourde défaite. Son discours reste néanmoins mature et cohérent : "Pour l'ensemble des joueurs, on a eu du mal à dormir, dimanche. Lundi matin a été très compliqué. Beaucoup d'entre nous n'ont pas trouvé le sommeil", a-t-il expliqué. Il a également livré son analyse de la défaite : "Après un résultat pareil, la première chose qu'on veut faire est de rentrer chez soi pour tout casser et pleurer. (...) Il ne fallait pas plusieurs heures, ou plusieurs jours, pour avoir l'analyse de ce match. En quelques mots. On a eu une très bonne entame de match, on a mis tout ce qui fallait. Après, il y a eu ce but sur coup de pied arrêté qui nous a fait mal. Avec ce type d'équipe, il y a une belle maîtrise du jeu, quand elle mène, et ça devient difficile. Après, on a été obligé de se découvrir pour revenir et forcément laisser des espaces..."

Comme Rudi Garcia, il estime que jouer Monaco, si rapidement, est une chance : "On sait que la déception est grande pour les supporters, c'est aussi le cas pour nous et nos proches. Il y a eu de la tristesse, de la part du groupe. On a de la chance car on joue trois jours après un autre gros calibre, autre grosse équipe européenne. Il faut gagner, l'équation est simple." Il a conscience de la difficulté que représente l'opposition monégasque, face à qui l'OM a déjà subi deux déroutes : "Le plan de jeu, le staff va bien nous l'expliquer. On connaît les forces de cette équipe, et elle a quelques failles. À nous d'être à la hauteur d'un deuxième gros événement, sur ce petit laps de temps. La préparation du match avait déjà commencé pour le staff, on va en prendre connaissance pour passer et prochain tour."

Rudi Garcia a demandé à son groupe d'être plus couillu : "On n'a même pas à entendre ça. On sait qu'on est passé à côté de ce Classique. Tout ce qu'il y a à résumer, c'est ce que chacun d'entre nous dans le groupe ressent. Même ceux qui ne jouent pas ressentent de la frustration et de la colère, qu'il faudra traduire positivement sur le terrain. On sait qu'à 100 % on ne passera pas, car Monaco a chahuté de grosses équipes en Ligue des Champions et en championnat. Il faudra se surpasser pour passer au prochain tour", a-t-il conclu.

Bedimo


Gardez adblock activé, mais aidez-nous autrement ! Plus d'infos ici

Par FootMarseille le mardi 28 février 2017 à 17h36 - 2673 lectures.
Garcia : "Contre Monaco, ça passe ou ça casse"
Garcia : "Quand un joueur me dit qu'il est prêt à jouer..."

Henri Bedimo : son actualité

4 réactions à cet article
28/02/2017 à 17:54
babidy78
babidy78

C'est quoi ce discours de sans couilles, pleurer casser... Va te faire mettre honnetement...

28/02/2017 à 19:16
Bonne Leffe 93
Bonne Leffe 93

Pourquoi ne s'attacher qu'à ce qui est dit/écrit sans donner plus d'importance au sens de ses propos ???

28/02/2017 à 22:12
Tana
Tana

Nous c'est quand on voit jouer Bedimo que l'on a envie de pleurer.

01/03/2017 à 08:58
marseille 93
marseille 93

Il aurait fallutd'abord tout cassé sur le terrain et nous faire pleurer de joie en voyant une rencontre de haute volée ! .mais on a plutôt. Vus un match ou en tant que supporters on a honte de nos joueurs . Et ridiculise devant 117 nations ou l'Om a pris une claque dans la gueule pour son prestige. Si les joueurs ne savent pas se motivéset se remettrent en cause.On veux 11 guerriers pas des caniches qu'elle que soit l'equipe en face .messieurs il va falloir mettre vos c------e sur le billot. 😠

Pour réagir, s'inscrire gratuitement ou s'identifier ici si vous êtes déjà inscrit