Bilan mi-saison : la demande au père Noël

Quatre mois ont passé et la majorité des supporters n'a encore que les mots 'Marcelo Bielsa' à la bouche. En l'espace de quarante rencontres passées le cul posé sur sa glacière, El Loco a effacé les nostalgies liées aux souvenirs de Didier Deschamps ou Éric Gerets. A contrario de l'incroyable ferveur qui a accompagné la présence de l'Argentin, la formation coachée par Michel vide les travées du Stade Vélodrome. Et, à mi-saison, l'OM pointe à la dixième place du classement de Ligue 1. Compte tenu du mercato réalisé par Vincent Labrune, n'était-ce pas prévisible ?

Labrune

Les "abrutis", ces visionnaires

"Contrairement à ce que certains abrutis ont pu dire, on a des ambitions", avait déclaré le président de l'OM, à la fin du mois d'août. Il n'était alors pas peu fier de son mercato, qui n'était pas tout à fait terminé. Les supporters ignoraient quant à eux les données financières qui avaient conduit au départ des gros salaires et à la vente de certains joueurs disposant d'une valeur importante sur le marché. D'après OMForum, le budget 2014-2015 présentait effectivement un effroyable déficit d'exploitation de 55 M€. Les ventes, conjuguées à un nouvel investissement de Margarita Louis-Dreyfus, auraient permis de le rééquilibrer.

Un mercato "Football Manager"

En outre, ce sont bien les choix opérés par le président, l'été dernier, qui sont aujourd'hui mis en cause. Certains soupçonnent le bras droit de MLD d'avoir poussé Dimitri Payet vers la sortie et, par effet boule de neige (si l'on ose dire), d'avoir incité Marcelo Bielsa à partir. Plus globalement, sept ou huit des titulaires de l'année passée, et plusieurs remplaçants, sont partis, tandis que treize joueurs sont arrivés. Parmi eux, beaucoup constituent des paris : ceux de Lassana Diarra, Rémy Cabella ou Georges-Kévin Nkoudou se sont avérés payants. Les autres sont beaucoup plus mitigés.

Si VLB semble (maintenant) disposer d'une culture foot, il commet toujours l'erreur de ne pas tenir compte des expériences de ses prédécesseurs. N'importe lequel d'entre eux aurait pu lui expliquer qu'une addition de talents ne suffit pas à faire une équipe, voire que la notion de collectif est primordiale.

Les caractères inadaptés

Le Gazélec Ajaccio le démontre assez bien, le physique et la technique ne font pas tout. En outre, on ne le répétera jamais assez, la spécificité du contexte phocéen nécessite une capacité adaptation et une force de caractère qui n'est pas donnée à tout le monde. Obsédé par son projet Dortmund, le décisionnaire olympien ne paraît pas tenir compte de l'état d'esprit et de la maturité de ses recrues.

Il n'est pas étonnant de constater aujourd'hui que certaines d'entre elles sont trop tendres pour supporter la pression locale, et en particulier pour répondre aux attentes du public du Vélodrome. Certaines autres se prennent pour Cristiano Ronaldo, dès l'instant où leur contrat a été paraphé, et se sentent davantage à leur aise sur le fauteuil d'une discothèque ou de leur Ferrari, que sur le terrain d'entraînement du centre RLD. Enfin, le président marseillais s'obstine à aller chercher des remplaçants alors que l'expérience a démontré que même dans les clubs de Top 10, rares sont les seconds couteaux qui disposent du niveau requis pour l'OM.

Michel ne convainc pas

Bien que sa formation soit sixième depuis son arrivée (de la 3e à la 19e journée, Ndlr), le jeu qu'elle développe ne laisse rien présager de bon. Les défenseurs multiplient les erreurs de concentration, et les éléments en charge de l'animation offensive sont incapables de développer un jeu collectif cohérent. Le Vélodrome est devenu une forteresse imprenable pour... ses propres joueurs, et l'Espagnol y tient nécessairement une responsabilité.

On peut notamment lui reprocher de ne pas parvenir à faire progresser sa formation suffisamment vite, alors que le temps est compté. Éric Gerets, qui avait également pris les rênes de l'équipe dans une situation très délicate (mais avec un effectif, il faut l'avouer, moins chamboulé) et été parvenu à accrocher le podium, est l'exemple à suivre.

El Loco

Le passage de Marcelo Bielsa est une éclaircie dans les vingt années estampillées Louis-Dreyfus. Avec lui, l'OM était redevenu l'OM, l'espace de quelques mois, et le retour à la réalité est difficile. Comme d'autres avant lui, Vincent Labrune, qui a pourtant quelques bonnes idées, cumule les bourdes. Espérons que la volonté affichée de reprendre la gestion des abonnements des virages laisse présager une vente, tant il est fatigant de constater les mêmes erreurs, président après président. Il ne faut d'ailleurs pas que les investisseurs se laissent influencer par ceux qui tentent par tous les moyens (et pour divers motifs) de donner une mauvaise réputation au club marseillais. Il reste le plus populaire en France et constitue l'investissement idéal.

La demande au père Noël reste la même, depuis plusieurs décennies : une équipe avec du talent, des stars, des ambitions, une identité et de la grinta, pour faire sauter le couvercle de l'enceinte du boulevard Michelet.


Par Meyer Lanski le vendredi 25 décembre 2015 à 10h00 - 4307 lectures.
Diarra veut jouer "avec les meilleurs", selon Knez
Boutobba commence à "digérer" ses débuts prématurés

supporters Noël : son actualité

4 réactions à cet article
25/12/2015 à 10:41
quoikidi
OM

Articlepondéré et intéressant.
Mais deux remarques,VLB fait ,comme les gestionnaires de TOUS les clubs de L1 ,sauf le PSG et à un degré moindre Monaco,avec les moyens du bord.
Aucun investisseurs à venir dans le championnat de France,pas plus à Marseille qu'ailleurs.
Pourquoi me direz vous?
Paris est la vitrine mondiale du Quatar depuis Sarko,ils achètent tout ce qui estampillé Paris (foot,hand,foot féminin) avec des moyens quasi illimités.Monaco le propriétaire Russe,a obtenu des avantages /principauté et de plus les taxes ne sont pas les mêmes que les autres clubs de L1.
On se retrouve donc la situation des autres clubs ,sans "stars"et des déficits vertigineux,comme Bordeaux,OL,Lille et les autres. La seule solution trouvée étant l'achat et la revente de joueurs ou un bon centre de formation.
Or,depuis des années l'OM ne sait pas vendre ,sauf cet été,et n'a pas de formation digne de ce nom,contrairement à l'OL notamment.
Donc, comme tout le championnat c'est la fuite des talents et l’appauvrissement de la L1,L'OM n'y échappe pas.
De plus,dire que l'OM n'a pas mauvaise réputation fait sourire,vu le nombre d'affaires depuis 30 ans,les incidents avec les joueurs,les magouilles avérées avec rétrogradation,les transferts douteux (affaires en cours) certains dirigeants liés au banditisme local,des clubs de supporters qui s'engraissent sur le dos du club,les nombreux cambriolages et autres "plaisanteries" vis à vis des joueurs,on ne peut pas dire que de l’extérieur et donc par vu par un investisseur potentiel et richissime, le bilan soit idyllique.
Pour rajouter un autre point noir,l'OM n'est pas propriétaire du Vélodrome,et le loyer est conséquent,et le désintérêt d'éventuels investisseurs est tellement évident que le stade n'arrive toujours pas à attirer un sponsor (naming).Ce n'est pas une critique envers le club c'est un simple constat,difficile à admettre,y compris pour moi qui supporte ce club depuis 45 ans.
La situation économique du foot à changé,et je vais à l'encontre de ce que beaucoup pense ici,heureusement que MLD tient encore la baraque,car elle vient,apparemment,d'injecter encore quelque argent, dans un trou sans fin,en ne retirant que des désagréments et des insultes.
Et comme je le dis souvent, pour vendre il faut un acheteur,et sur toutes les hypothèses qui ont circulé à Lille ,à l'OL,Bordeaux et d'autres sur des acheteurs ou investisseurs chinois, russes ,arabes,indiens et autres il n'y en a eu aucun pour Marseille depuis Kachkar.
Perso je voudrais bien que le père Noël nous fasse ce cadeau et trouve un Abramovitch ,ou unAl-machin,mais pour les raisons évoquées j'ai les pires des doutes et c'est bien dommage

25/12/2015 à 12:11
Bonne Leffe 93
Bonne Leffe 93

Très bon article. Excellente analyse !
Quand on pense que nous avons un des moins mauvais budgets de cette L1 et que nous en sommes là. Simplement pitoyable...
Le problème posé est bien surtout celui des choix effectués tant ceux concernant la gestion financière que la gestion humaine...

25/12/2015 à 21:24
QuestCeQuiA
OM


Juste 2 chose! Pour trouver un investisseur, arrêter de mettre en avant le problème des supporters et du stade. L'exemple anglais en ai le parfait exemple, un milliardaire n'a pas peur de construire un stade s'il ne si retrouve pas avec l'actuel et les abonnements ça se passe en douceur mais si demain l'OM dis plus d'abonnement par les groupes se sera régler car rien ne les y oblige. Les tpetit souci avec les joueurs qui glande c pareil. Il fût un temps ou ce qui faisait ça ce prenai des gifles et ils comprenait vite ( n'est ce pas Dug...) . Alors arrêtons avec les fausse excuses, le club n'est pas à vendre sinon il le serait déjà. Donc le seul souhait à avoir c'est que VLB finisse par comprendre un peu mieux le football et surtout la balance entre l'économique et le sportif.

27/12/2015 à 11:37
valdha
OM


Bjr a ts

Le bilan final de pape diouf était en excedent ? Non ? Le projet sportif ( meme ci il y avs a redire ) etait positif non ?
Combien de joueurs son partis gratuitement ? ( meme nasiri en fin de contrat a ecoute pape pr ne partir gratuit ! )

Tu deplores un états du championnat catastrophique : oui tu as raison ...mais cette faiblesse ns aurions pu nous en servir non ?

Des le début bielsa a attaque labrune sur le recrutement ...il avais raison ? A mi saison nous etions 1 er et a commence le bale des reconduction des contacts ...
Ci a cette epoque bielsa avais 1/10 joueurs demandé le résultat final aurais parle pour lui !
Pour mettre le budget en equilibre il a vendu les bijoux de famille ...et heureusement que ligue 1 et faible .. tu imagines l inverse avec notre equipe et cette entraineur ?

Non mon ami ...nos deboire viennent en grande partie de l inexpérience d un homme

Pour réagir, s'inscrire gratuitement ou s'identifier ici si vous êtes déjà inscrit