OM-PSG : la tactique et les joueurs

  •    
  •    
  • om facebook

Premier grand rendez-vous pour l'OM d'Anigo, ce match contre Paris au Vélodrome sent, comme il y a quelques années alors que les Olympiens dominaient régulièrement les Parisiens, le soufre, odeur perdue lors des rencontres des récentes saisons.
Néanmoins, les derniers résultats des 2 équipes ne mettent pas l'OM en position de force surtout que l'effectif olympien est toujours décimé. Runje, Perez, Hemdani, Carrasso, Dos Santos, Borios, Delfim, Dahou, Vachousek sont blessés, N'Diaye, Beye et Mido sont à la CAN et Ferreira (arrivé de Bastia dans la semaine) est suspendu. Soit un total de 13 absents. Sytchev n'est toujours pas parti pour pallier à ces absences et Marlet, pourtant pas encore complètement remis, est dans le groupe qui contient encore quelques jeunes du centre de formation (Gavanon, Flamini, Barry et Cantareil).
Anigo, qui a donc peu de latitude, aligne une équipe sans surprise dans un 4-4-2 très proche de celui de la semaine passée avec Barthez dans le but, Meité latéral droit, Ecker dans le couloir gauche, Van Buyten et Christanval (le capitaine) dans l'axe de la défense ; Celestini est milieu défensif axial, Meriem plus offensif mais aussi dans l'axe, Johansen est milieu droit et Skacel et son pendant sur le flanc gauche ; Drogba et Sytchev forment le duo d'attaque.

Barthez est le premier Olympien à s'illustrer sur une parade consécutive à un tir de Sorin sur le coup d'envoi. 10 minutes plus tard il ne peut rien sur une frappe précise de Pauleta peu gêné par les défenseurs marseillais.
Les Olympiens tentent alors de revenir au score mais seul Drogba semble en mesure d'inquiéter la défense parisienne. C'est d'ailleurs l'Ivoirien qui parvient à égaliser après un grand pont sur Pierre-Fanfan et une frappe croisée. Malgré une grosse pression marseillaise le score ne bouge plus jusqu'à la mi-temps.
Johansen cède sa place au retour des vestiaires à Matthieu Flamini, poste pour poste. Le premier quart d'heure de la seconde période est très difficile pour les Olympiens car les attaquants parisiens se régalent mais Pauleta, Hugo Leal et Sorin ont des occasions incroyables mais ils sont soit maladroits, soit Barthez les empêche de marquer. Les Marseillais sont moins dangereux et l'entrée de Barry à la place de Sytchev ne change rien.
La prolongation commence avec une domination marseillaise mais sur un contre rapidement mené, Reinaldo centre pour la tête de Sorin qui redonne l'avantage aux siens. Anigo tente alors le tout offensif avec la sortie d'Ecker et le retour de Marlet mais ça ne change rien et l'OM s'incline encore face au PSG, comme d'habitude...

Barthez (6.5) : Trop souvent abandonné par une défense lamentablement passive, il ne peut pas grand-chose sur les buts parisiens et en a empêché plusieurs autres. Il doit se demander dans quelle galère il vient de tomber...
Meité (5) : Latéral droit, il n'a pas été rayonnant défensivement mais a surtout fait beaucoup d'imprécisions dans ses relances et globalement chaque fois qu'il avait le ballon dans les pieds.
Ecker (5.5) : Moins à la rue que les autres défenseurs, il a été le seul à mettre de l'agressivité dans une équipe qui en manque beaucoup trop.
Marlet (non noté) : Il a remplacé Ecker pour les 15 dernières minutes de la prolongation mais n'a pas eu le temps de faire grand-chose.
Van Buyten (4) : Le stoppeur belge a été complètement dépassé par les attaquants parisiens, Ljuboja lui faisant d'incroyables misères. Il est aussi extrêmement passif sur les deux buts parisiens. Sans aucun doute un de ses plus mauvais matches en Blanc.
Christanval (5.5) : Le capitaine marseillais a aussi été coupable de passivité et d'un manque d'agressivité mais il a aussi sauvé la baraque plusieurs fois par de bonnes interventions.
Celestini (4.5) : Milieu défensif axial, il a eu de l'activité mais sa prestation a globalement été, comme souvent, médiocre ne parvenant pas à dominer ses adversaires.
Meriem (4.5) : Le meneur de jeu marseillais n'a pas réussi grand-chose loupant beaucoup de passes et surtout presque tous ses coups de pieds arrêtés, autant d'occasions gâchées.
Johansen (4.5) : Milieu droit, il n'a joué que la première période et a eu la première occasion marseillaise mais son contrôle et sa frappe n'ont rien donné de réellement dangereux. A part ça, rien de bien convainquant.
Flamini (5) : Il a remplacé Johansen à la pause et a fait aussi bien que l'ex-Strasbourgeois ce qui n'est déjà pas si mal pour sa vraie première apparition (il n'avait joué que quelques secondes contre Toulouse).
Skacel (4.5) : Milieu gauche, il n'a quasiment jamais fait la différence sur son côté (comme Johansen et Flamini à droite), ce qui a forcé à balancer de longs ballons devant. Il a eu une occasion en première mi-temps mais son tir a été contré sur Letizi.
Sytchev (5) : Le petit Russe a montré de l'envie mais pas il n'a pas assez de puissance et de technique pour rivaliser avec des défenseurs comme ceux du PSG.
Barry (4.5) : Le jeune Sénégalais a remplacé le Russe mais n'a pas fait mieux. Malgré une évidente bonne volonté, il a été maladroit dans ses touches de balle et dans ses choix. J'ai cru voir un clone de Baka...
Drogba (6.5) : Seul Olympien dangereux, l'Ivoirien a encore surclassé ses coéquipiers mais il est bien trop seul et ne peut tenir le match tout seul. C'est déjà son 18ème but de la saison et heureusement qu'il est là...

L'OM s'incline donc logiquement cette fois, face à des Parisiens bien plus forts collectivement et individuellement. Les Marseillais ont tenté d'imposer un combat physique mais ont trouvé à qui parler et ont surtout fait des erreurs hallucinantes en défense.
Van Buyten a donc logiquement le titre du pire Olympien, le meilleur étant encore Drogba, même si Barthez a évité une belle déculottée.
Il faudra être patient et subir les mauvais résultats en attendant le retour des blessés (Dos Santos, Hemdani, Vachousek) et des Africains partis à la CAN car sans eux, les défaites vont s'enchaîner...

par seb le dimanche 25 janvier 2004 à 19h02
OM 2-2 Craiova
FC Metz - OM : Paroles de supporters

PSG saison 2003/2004 : son actualité