Dijon 1-3 OM : la tactique et les joueurs

  •    
  •    
  • om facebook

C'est donc une belle, très belle victoire phocéenne après un match fou avec des dernières minutes échevelées. On se souviendra aussi des blessures de Mandanda et Rami en espérant qu'elles n'handicaperont pas trop les Olympiens dans leur fin de saison.

La trêve internationale a permis à certains Olympiens de souffler après leur hiver infernal qui s'est terminé par la défaite au Vélodrome contre Lyon qui a mis sous pression les Marseillais en championnat alors qu'ils auraient pu avoir une voie royale pour le podium. Cette rencontre à Dijon est donc importante pour repartir du bon pied.
Florian Thauvin et Hiroki Sakai sont les deux blessés de l'effectif alors que Jordan Amavi est suspendu. Gaël Andonian et Christopher Rocchia n'ont pas été retenus par Rudi Garcia qui reste sur son système habituel, le 4-3-3 à deux récupérateurs. Steve Mandanda est dans le but, la défense est composée de droite à gauche par Bouna Sarr, Adil Rami, Rolando et Boubacar Kamara ; Luiz Gustavo et André-Frank Zambo-Anguissa sont les milieux récupérateurs avec Morgan Sanson en meneur de jeu ; le capitaine Dimitri Payet évolue sur la droite de l'attaque, Lucas Ocampos à gauche et Valère Germain dans l'axe.
Yohann Pelé, Henri Bedimo, Grégory Sertic, Maxime Lopez, Clinton Njie, Yusuf Sari et Kostas Mitroglou sont les remplaçants. Aymen Abdennour est encore le 19ème homme.

Il ne se passe pas grand-chose pendant les 45 premières minutes et c'est Germain qui ouvre le score un peu avant la pause.
L'OM joue trop facile, recule et se fait rejoindre dans le dernier quart d'heure. La fin de match est complètement folle : après les blessures de Mandanda et Rami, Ocampos donne l'avantage aux siens dans les dernières minutes de manière inespérée. Les arrêts de jeu sont fous avec deux penalties de Payet (mais un seul transformé) et un rouge pour un Dijonnais.

L'homme du match

Dimitri Payet (7) : il a évolué dans un poste inhabituel d'ailier droit et a été très actif et mobile. Auteur d'un bon centre pour l'ouverture du score, il est passé meneur de jeu axial à la sortie de Sanson. Décisif sur le deuxième but avec un bon corner, il a ensuite raté un penalty (tiré au milieu), puis, à la conclusion d'une belle percée, obtenu un autre et l'a transformé.

Les autres joueurs

Steve Mandanda (5.5) : rien de compliqué à faire jusqu'à sa blessure en début de seconde période sur un ballon complètement anodin.
Yohann Pelé (non noté) : il a donc pris la place du titulaire et a joué un peu moins d'une mi-temps. Il a débuté par une sortie aérienne spectaculaire, s'est incliné sur une frappe imparable et n'a rien eu d'autre de compliqué à faire.
Bouna Sarr (4.5) : il aurait dû écoper d'un carton rouge (et son équipe d'un penalty) en début de match pour avoir accrocher Sammaritano. Tonique et vif en position offensive, il a aussi été souvent battu défensivement notamment sur le but dijonnais où il était absent pour contrer le centreur. Une prestation donc très contrastée pour l'arrière droit.
Boubacar Kamara (5.5) : le poste d'arrière gauche était la grande interrogation de cette rencontre, Jordan Amavi et Hiroki Sakai étant absents. C'est finalement le jeune Marseillais qui a été préféré même si ça n'est pas du tout son poste et que c'était sa première titularisation en championnat. Il a joué sans complexe, mettant de l'impact physique mais étant parfois mal placé, par exemple sur le but bourguignon où il était en retard pour contrer le buteur.
Adil Rami (5) : le patron de la défense a perdu deux duels aériens sur des corners défensifs mais a tenu la baraque jusqu'à sa sortie en fin de match, visiblement touché à la jambe.
Grégory Sertic (non noté) : entré pour les 10 dernières minutes alors qu'il revenait dans le groupe après de longs mois de blessure, il n'a pas été sollicité.
Rolando (5.5) : souvent dans la zone du grand et costaud Tavares, il l'a dominé malgré un problème physique en milieu de seconde période.
Luiz Gustavo (5.5) : il avait enfin pu souffler ces deux dernières semaines et, même s'il n'a pas été autant en difficulté que lors de ses précédentes apparitions, on n'a pas revu le Gustavo du début de saison.
André-Frank Zambo-Anguissa (6) : préféré à Lopez, il a eu du mal en début de match, paraissant lent et souvent en retard. Il a ensuite récupéré quelques ballons et fait plusieurs bonnes passes vers l'avant.
Morgan Sanson (4) : en début de match, parti seul au but plein axe, il a fait un mauvais contrôle l'empêchant de tirer au but. Après un tir trop mou et une récupération haute à l'origine de l'ouverture du score, on l'a très peu vu et n'a donc pas assez pesé sur le jeu.
Clinton Njie (non noté) : il a pris la place du numéro 8 pour le dernier quart d'heure après l'égalisation bourguignonne. Il a joué à droite et on ne l'a pas vu.
Lucas Ocampos (6.5) : dans l'action de l'ouverture du score, il a été très mal inspiré jusque dans les dernières minutes où il donné l'avantage aux siens en étant bien présent au second poteau sur un corner et en faisant une action à l'envie pour récupérer le ballon, dribbler le gardien et obtenir un penalty. Bref, ses 10 dernières minutes ont très largement compensé les 80 premières bien trop brouillonnes.
Valère Germain (6) : on a très peu vu l'avant-centre mais il a été décisif avec un très bon appel et un plat du pied pour ouvrir le score ainsi qu'une belle déviation de la tête sur un corner à l'origine du deuxième but.

C'est donc une belle, très belle victoire phocéenne après un match fou avec des dernières minutes échevelées. On se souviendra aussi des blessures de Mandanda et Rami en espérant qu'elles n'handicaperont pas trop les Olympiens dans leur fin de saison.
Dimitri Payet, pour ses gestes décisifs, est le meilleur Marseillais alors que Morgan Sanson a été le moins à son avantage.
Avant la réception de Montpellier le week-end prochain, cela sera dès jeudi le retour de la Coupe d'Europe avec un déplacement compliqué à Leipzig avec plusieurs joueurs clefs blessés.

par Seb le lundi 02 avril 2018 à 07h37
Gambardella : l'OM ne verra pas les demies
Infirmerie : Rami absent un mois ?

Dimitri Payet : son actualité

2 réactions à cet article
02/04/2018 à 14:50
le_zug
le_zug

Même s'il fait faute sur Sammaritano, Sarr n'aurait pas été exclu puisqu'il ne blesse pas le Bourguignon, la double peine n'existe plus.
Rappelez-vous Nkoulou qui fauche Tavares l'an dernier, déjà à Dijon: péno+jaune.

02/04/2018 à 15:17
bobo38
bobo38

très discutable la faute de Sarr pas plus évidente que celle dudijonnais contre Ocampos.
c'était soir rien dans les deux cas soit péno dans les deux cas.

Pour réagir, s'inscrire gratuitement ou s'identifier ici si vous êtes déjà inscrit