OM-Sedan : Sanglier au dessert

  •    
  •    
  • om facebook

Le sanglier, c'est pour les gros appétits. Pas un truc pour anorexique ou coincé des maxillaires. Du genre Lolita abonnée à Jeunes et Jolies qui se surveille la ligne comme on appréhende le lait sur le feu. Grave, le faisandé, c'est surtout pas une nourriture pour ado en rut qui passe la sainte journée à se mesurer le tour de taille avec anxiété et mètre-ruban.



Nan, ce genre de gibier, croyez-moi, c'est chasse gardée pour les vrais mangeurs, les carnivores professionnels, les bides décomplexés, les épicuriens confirmés, bref les adorateurs de Bacchus. On exhale le fumet, on félicite la dame et on prend rapidement pension chez l'habitant.



Bien sûr, me direz-vous, servi quasiment au dessert, çà peut être indigeste. Mais c'est là qu'on voit ceusses qu'ont de l'estomac. Attendez, on est à l'heure du festin final. L'ultime réception au Vélodrome. Çà vaut le coup de mettre les petits plats dans les grands et d'oublier les aigreurs de ménopausées. Faut s'en mettre plein la lampe. Déguster en grosse quantité à la Depardieu.



En rab, contrairement aux idées reçues, la défense de l'animal ardennais n'est pas son point fort. Pensez, 53 buts dans sa cage, c'est ce qu'on propose de pire en Ligue gauloise. Bonjour la daube ! Maintenant, on fait comme on veut, on l'assaisonne d'entrée façon grand veneur en le pressant dans sa surface tel un bestiau aux abois ou alors on le laisse mariner dans son jus pendant une mi-temps et on tire les marrons du feu en seconde période. C'est selon...



On peut aussi le manger tout cru. Un carton plein, çà ferait de mal à personne, ni aux aficionados du Vel ni au goal-average. Le moins que l'on puisse dire est que les gros scores, c'est des denrées rares ici-bas. Faut l'avouer humblement, on a jamais gagné cette année par plus de deux buts d'écart en championnat.



Dame, c'est pas comme les croqueurs de quenelle. Six pions comme disait l'africain qu'ils leur avaient mis aux hommes du président Urano. Les canaris et les pingouins en avaient pour leur part passé quatre. Çà inspire... Mieux, çà donne des idées. Çà fait remuer les méninges, çà donne des envies de femme enceinte.



Mardi, on veut voir des gourmands. Pas des petits comptables bileux ni des midinettes en socks. Les foies jaunes, çà reste à la maison avec bouillotte et Alka-Setzer. C'est des rabelaisiens du crampon qu'il nous faut, des bouffeurs invétérés de ballon simili-cuir, des dévoreurs d'espace gazonné. Comme dirait la pub, recherche gastronomes en culottes courtes.



"Le sot glisse sur les plaisirs,

Mais le sage y demeure ferme

En attendant que ses désirs

Ou ses jours finissent leur terme"

Ainsi parlait jadis Théophile de Viau, un libertin qui devrait inspirer Alain Perrin. M'enfin, gaffe quand même, on a plus de défense et le porcin sauvage est retors surtout quand il s'agit de sauver sa peau...

par Boeuf Mode le dimanche 11 mai 2003 à 14h17
OM 2-2 Craiova
Maoulida et Pagis suspendus à Metz

Dans l'actualité de l'OM