Niang est-il un bon capitaine ?

  •    
  •    
  • om facebook

Pas question de remettre en cause le talent de Mamadou Niang. L'international sénégalais est assurément l'un des joueurs les plus talentueux de l'effectif marseillais. Sa technique, sa vitesse et son sens du dribble lui permettent de faire la différence à n'importe quel moment d'une rencontre. Néanmoins le rôle de capitaine que lui a conféré Didier Deschamps en début de saison est difficile à assumer. Alors que l'OM vacille en Ligue des Champions et en championnat, nombre de supporters s'interrogent sur ses capacités de leadership. Petit tour de la question.


Une succession difficile

Les dirigeants phocéens ont donné un bon de sortie à Lorik Cana, l'été dernier, qui en a profité pour s'engager avec Sunderland. Meneur incontesté du vestiaire marseillais, il a été choisi dans la foulée par Steve Bruce pour tenir le rôle de capitaine dans l'équipe anglaise. Il faut dire que l'Albanais a laissé un très bon souvenir du côté de la Canebière. Son sens de l'honneur, sa vaillance au combat et sa capacité à mener un collectif lui ont conféré une place de choix dans le coeur des Marseillais. Les 39 cartons jaunes et le carton rouge reçus lors de ses quatre années à l'OM témoignent d'ailleurs de son engagement sur le terrain. Beaucoup regrettent que le coach olympien n'ait pas tout fait pour le retenir lors du mercato. Il restera dans les mémoires comme l'homme de confiance d'Eric Gerets, lequel l'avait choisi au début de la saison 2007-08. Etant donné le charisme de l'homme, la succession est évidemment compliquée !

Deschamps avait-il le choix ?
Lui-même ex-leader d'envergure des Bleus et de l'OM, Didier Deschamps a certainement planché pas mal de temps sur la question de l'attribution du brassard lors de l'intersaison. Ayant décidé de ne pas retenir Lorik Cana et de le remplacer par Stéphane Mbia, le coach phocéen a opté pour Mamadou Niang. Il faut avouer qu'il restait peu d'Olympiens pour prétendre au rôle de capitaine. Certains, à l'instar de Benoît Cheyrou et Laurent Bonnart, paraissaient trop peu autoritaires. D'autres, comme Gabriel Heinze et Souleymane Diawara, étaient trop fraichement arrivés pour appréhender un contexte marseillais très spécifique. Le choix de l'international sénégalais coulait donc de source, ses statistiques, 80 buts inscrits en 191 rencontres sous le maillot de l'OM (au terme de la saison passée), parlant d'elles-mêmes. Arrivé en 2005 en provenance de Strasbourg, l'attaquant est resté fidèle malgré ses diverses sollicitations.

Un capitaine râleur et inconstant
Une nouvelle fois, il est hors de question de discuter les aptitudes footballistiques d'un joueur qui pèse énormément dans les résultats de l'OM depuis des années. Toutefois, il ne présente peut-être pas toutes les qualités d'un bon capitaine. Depuis le départ de Djibril Cissé en 2008, Mamadou Niang parait par exemple avoir gardé la mauvaise habitude de râler contre ses coéquipiers à la moindre passe loupée. Des mouvements d'humeur qui semblent déplacés alors que l'on attend plutôt qu'il encourage et donne la confiance à ses partenaires. Didier Deschamps avoue d'ailleurs au quotidien La Provence ne pas être fan de ce trait de caractère : "il a 30 ans, je ne vais pas le changer ! Mais s'il gardait davantage son calme, ce serait mieux." Sa relative inconstance peut également être considérée comme problématique. Meilleur buteur de l'OM l'année passée, et les précédentes, le joueur n'a plus inscrit de but depuis deux mois. De là à y trouver un rapport de cause à effet, il n'y a qu'un pas !

Peut-on trouver mieux ?
Mamadou Niang ne nous a pas habitués à fuir ses responsabilités. Quoiqu'il advienne, il ne devrait pas rendre le brassard. En conséquence, seule une décision de Didier Deschamps pourrait changer la donne. Est-ce dans son intérêt ? Probablement ! Il faut bien avouer que l'on ne voit pas souvent le Sénégalais taper dans les mains pour remobiliser ses coéquipiers. On l'observe également trop rarement prendre la défense de ses coéquipiers face à l'arbitre ou à des adversaires. Des petits gestes qui pourraient influencer le court d'une rencontre. Il serait probablement plus intéressant de donner les rênes de l'équipe à un élément plus fort en gueule et plus soucieux de ses collègues. Malgré son statut d'ex-Parisien, Gabriel Heinze réunit tous les attributs qui font un bon capitaine. Passé par Manchester United (de 2004 à 2007) et le Real Madrid (de 2007 à 2009), le défenseur y a côtoyé Roy Keane et Raul Gonzalez Blanco. Deux capitaines emblématiques dont il pourrait s'inspirer.


S'il ne s'en sort pas si mal étant donné tous les changements qu'il a effectués au sein de l'effectif marseillais cet été, Didier Deschamps a probablement mal évalué les conséquences du départ de Lorik Cana. Aussi important soit-il par ailleurs pour l'OM, Mamadou Niang n'est peut-être pas le capitaine dont cette équipe a besoin. Il ne fait en tout cas aucun doute qu'une réflexion sur le sujet ne serait pas de trop lors de la trêve hivernale.

par Meyer Lanski le vendredi 04 décembre 2009 à 18h14
Ollé-Nicolle : Nice sans pression
Brandao : "je joue avec le coeur"

Mamadou Niang : son actualité