Milan - OM : se donner une chance !

  •    
  •    
  • om facebook

Cette facette de l'histoire de l'OM, tout le monde la connait. Le club marseillais n'est pourtant resté le grand rival du Milan AC que durant quelques années, avant que l'UEFA de Lennart Johansson, la Ligue de Noël Le Graët et Robert Louis-Dreyfus ne lui tombent dessus. Au total quatre confrontations, dont un match amical qui n'avait d'amical que le nom, qui restent à jamais gravées dans les mémoires. Si les anciens de l'ère Tapie sont parvenus à préserver cette invincibilité lors des confrontations du début des années 90, les hommes de Didier Deschamps se sont inclinés contre les Rossoneri sans véritable rébellion en septembre dernier, une défaite au goût amer !


Un match aller décevant
Arrivés trop récemment, les nouveaux venus phocéens n'ont apparemment pas eu le temps de s'imprégner des valeurs que représente le maillot de l'OM avant ce rendez-vous tant attendu par les supporters. S'ils ont globalement réalisé une belle prestation, il a manqué cet esprit de combat, cette agressivité et ce besoin de s'arracher sur chaque ballon qui doit faire la différence et impressionner les adversaires. Cela même qui constituait l'une des principales forces de l'arrière garde marseillaise du début des années 90, tombeuse du grand Milan d'Arrigo Sacchi. Laissés tranquilles par leurs adversaires, Clarence Seedorf et Pipo Inzaghi ont clairement démontré la différence de classe qui existe encore entre un club du haut classement de série A et son semblable dans le championnat français. Annoncés vieillissants, les Milanais ont réalisé une démonstration d'efficacité. Le Néerlandais soulignait à juste titre après la rencontre le manque d'expérience de l'équipe marseillaise. Bien vexés, Bruno Germain, Manuel Amoros, Abedi Pelé et Philippe Vercruysse pointaient quant à eux l'insipidité de la prestation des Olympiens...

Se sortir les trippes
C'est bien dans l'engagement que se fera la différence. Plus de deux mois après la rencontre du Stade Vélodrome, les joueurs de l'OM doivent maintenant montrer qu'ils en ont et prouver qu'ils méritent d'endosser la tunique ciel et blanche. S'ils veulent l'emporter, ils devront disputer ce soir le match de leur vie, en totale solidarité, et compter sur une réussite qui les a fuit au match aller. Comme on dit, la chance se provoque et la victoire reviendra irrémédiablement à l'équipe qui en veut le plus. Si le collectionneur de cartons maison, Cyril Rool, restera vraisemblablement sur le banc de touche, on songe à Gabriel Heinze, Souleymane Diawara et Brandao, entre autres, pour relever le défit physique, bousculer les Rossoneris et montrer le chemin à leurs coéquipiers. San Siro n'est pas un stade qui se dompte en la jouant petits bras. Par ailleurs, il s'agit de profiter du sentiment de supériorité que parait cultiver le Milan AC à notre égard ces derniers jours. Leonardo a effectivement bien spécifié ne compter que sur les trois points, un peu comme si cet OM ne semblait pas l'inquiéter...


Les Olympiens disputent ce soir une grande partie de leur saison. Comme annoncé par les dirigeants en août, le club vise la qualification pour les huitièmes de finale. Reste que l'équipe concoctée par Didier Deschamps n'a pour le moment pas donné entière satisfaction et une défaite provoquerait évidemment des critiques. Devant les 4 200 supporters qui ont fait le déplacement depuis Marseille, le moment est venu pour les Olympiens de remettre les pendules à l'heure et d'imiter les glorieux anciens, ou pas !

par Meyer Lanski le mercredi 25 novembre 2009 à 15h28
OM : Niang fait son autocritique
Milan - OM : Borriello plutôt qu'Inzaghi

Mamadou Niang : son actualité