Nice 0-2 OM : la tactique et les joueurs

  •    
  •    
  • om facebook

La courte trêve d'une dizaine de jours a permis aux Olympiens de retrouver plusieurs blessés pour les 4 derniers matches de la saison. Ce déplacement à Nice s'annonce très compliqué car, même si les Azuréens n'ont plus rien à jouer dans ce championnat, ils espèrent bien faire tomber le leader dans un derby toujours très chaud.
Éric Gerets récupère donc plusieurs joueurs importants mais Bakari Koné et Mamadou Samassa sont toujours blessés. L'entraineur belge n'a pas retenu Julien Rodriguez et Tyrone Mears mais aussi les habituels professionnels évoluant avec la réserve, Hilaire Munoz, Dmytro Nepogodov, Amine Dennoun et Guy Gnabouyou. C'est dans un 4-2-3-1 très classique que les Olympiens démarrent cette rencontre. Steve Mandanda garde le but, la défense est composée de gauche à droite de Taye Taiwo, Vitorino Hilton, Renato Civelli et Laurent Bonnart ; les deux milieux récupérateurs sont le capitaine Lorik Cana et Benoit Cheyrou ; Hatem Ben Arfa (dans l'axe), Mathieu Valbuena (à droite) et Mamadou Niang (à gauche) sont en appui derrière Brandao, l'avant-centre.
La feuille de match est complétée par Rudy Riou, Ronald Zubar, Modeste M'Bami, Charles Kaboré, Karim Ziani, Boudewijn Zenden et Sylvain Wiltord.

La première période est très largement dominée par les Olympiens qui maitrisent le jeu et le ballon mais qui ne sont guère dangereux. Peu avant la demi-heure, sur le premier tir intéressant, Niang trompe Ospina d'une frappe précise. Les Niçois réagissent très rapidement avec un coup-franc bien tiré par Ben Saada mais détourné en corner par le portier marseillais. Le score de 1-0 à la pause est donc tout à fait logique.
Bizarrement, les Aiglons sont toujours timides après la pause et les Phocéens maitrisent leur but d'avance sans trop s'employer. A l'heure de jeu, sur un contre rondement mené par Mandanda, Ben Arfa, Taiwo et conclu de la tête par Brandao, l'OM fait le break. Les Olympiens gèrent sans trembler la fin de match où Ziani, Zenden et Wiltord font souffler Valbuena, Niang et Ben Arfa.

Steve Mandanda (6.5) : il a bénéficié de l'incroyable timidité offensive niçoise pour être peu sollicité. Il a tout de même détourné deux coup-franc compliqués, un par mi-temps. Il a aussi été très précis dans ses interventions aériennes où il a souvent essayer de relancer vite et c'est une de ces actions qui a amené le second but marseillais.
Laurent Bonnart (6) : de retour deux mois après sa blessure en fin de match contre l'Ajax, il est revenu beaucoup plus vite que prévu pour cette fin de saison très importante. Il a fait une première période dans le camp adverse, tellement son équipe dominait. Il a donc multiplié les dédoublements avec Valbuena. Après le repos, il a été plus près de son but, ménageant ses efforts et limitant ses montées. Il a ainsi pu tenir toute la rencontre même s'il a eu un peu de mal à une ou deux reprises.
Taye Taiwo (6) : le Nigérian revenait quant à lui à la compétition après un mois d'absence. Il a fait un match sérieux où il a été offensif durant les 45 premières minutes et plus gestionnaire de ses courses après le repos. Néanmoins, c'est lui qui donne un superbe centre décisif après un contre et une course de 70 mètres.
Renato Civelli (6) : le stoppeur droit phocéen a maitrisé sans forcer Remy, bien trop isolé au milieu de tous les défenseurs marseillais.
Vitorino Hilton (6) : un peu plus sollicité que l'autre défenseur central, il n'a pas non plus forcé pour dominer les timides attaquants azuréens.
Lorik Cana (6) : le milieu défensif droit a été dominateur dans sa zone de jeu permettant à son équipe d'avoir la maitrise du ballon. Il a tout de même pris un carton jaune qui le privera du dernier match de la saison face à Rennes.
Benoit Cheyrou (6) : comme son capitaine, il a pris largement le dessus sur ses adversaires directs mais ne s'est jamais retrouvé en position offensive comme s'est généralement le cas une ou deux fois par match. Il a tout de même récupéré le ballon à 20 mètres du but adverse sur l'ouverture du score.
Hatem Ben Arfa (6) : de retour dans le onze de départ, il a évolué meneur de jeu axial, penchant souvent à gauche quand Niang montait d'un cran. Il a été très actif et mobile, touchant beaucoup de ballons. Néanmoins, il a eu beaucoup de déchets dans ses dribbles et ses passes, souvent après une bonne série de dribbles. Il s'est aussi retrouvé en bonne position de tir à plusieurs reprises mais il a toujours mal géré ces situations.
Sylvain Wiltord (non noté) : il a joué les arrêts de jeu à la place de Ben Arfa.
Mathieu Valbuena (6) : il a donc évolué sur l'aile droite, n'hésitant pas à constamment repiquer dans l'axe lors de ses accélérations balle au pied. Il a ainsi subi beaucoup de grosses fautes et donc obtenu de nombreux coup-franc. Il n'a par contre pas été dangereux devant le but d'Ospina.
Karim Ziani (non noté) : il a pris la place et le poste du numéro 28 en fin de match pour donner un peu plus de poids à la récupération afin de tenir le score.
Mamadou Niang (7) : l'attaquant sénégalais a évolué sur l'aile gauche mais est très souvent monté d'un cran comme deuxième attaquant. Il a ainsi été très présent et l'Olympien le plus dangereux avec de nombreuses percées balle au pied qui ont beaucoup gêné la défense niçoise. Il a aussi et surtout ouvert le score avec une belle frappe croisée depuis l'entrée de la surface et aurait pu doubler la mise si son centre tir n'avait pas été sauvé par Kante sur sa ligne.
Boudewijn Zenden (non noté) : le Néerlandais a joué les dernières minutes à la place de Niang.
Brandao (6) : il a essentiellement évolué en remise de la tête, dos au but adverse. Il a pesé sur la défense alternant dans des positions d'avant-centre et sur l'aile gauche. Il n'a aussi pas raté sa seule occasion nette, étant bien placé au second poteau sur un contre rapide et un centre impeccable de Taiwo.

Les Marseillais ont donc assez facilement remporté un derby que les Niçois ont joué avec une envie et une motivation bien loin de ce qu'on pouvait penser.
Les performances individuelles ont été très homogènes et bonnes. Il est donc impossible de designer le moins bon Phocéen de cette rencontre. Par contre, Mamadou Niang, l'Olympien le plus percutant, est sans doute le meilleur joueur de son équipe.
Avec cette nouvelle victoire à l'extérieur, les Marseillais ont assuré mathématiquement leur qualification pour une coupe d'Europe mais l'objectif est de jouer la Ligue des Champions la saison prochaine. Cela sera atteint (sans tour préliminaire) en cas de victoire dimanche face à Lyon. Si le succès est là face au septuple Champion de France en titre, il restera alors deux matches pour décrocher la première place de cette Ligue 1.

par seb le vendredi 15 mai 2009 à 20h59
Ben Arfa et ses prédictions
Gerets défend les arbitres

Mamadou Niang : son actualité