Toulouse-OM : du rouge au rosé

  •    
  •    
  • om facebook

Quelques jours après l'apparition du Beaujolais nouveau, l'OM passe du rouge au rosé. Rassurez-vous, il ne s'agit pas de vin. Les footballeurs ont une certaine rigueur. Une obligation de bien-être dans leur alimentation et consommation liquide de tous les jours. Liverpool, mercredi. Toulouse, ce dimanche. La ville Rose accueille l'OM pour son retour au quotidien de la Ligue 1. Le championnat, c'est la priorité. La compétition fil rouge de la saison. Celle qui dessine les ambitions ou brise les destins. La défaite chez les Reds est de celles qu'on n'oublie pas. Tout simplement parce que les Marseillais ont été très bons. Une sorte de revers fédérateur. Face à Toulouse, il faudra s'en servir.

Un gardien de but qui repousse l'échéance, une défense qui tient la route, un défenseur central qui remonte ses troupes, un milieu bien tenace et souvent inspiré, une attaque dangereuse. Marseille aura présenté une copie de très bonne facture à Anfield Road. Cela n'a pas suffi. L'OM a perdu. Par le plus infime écart. Malgré cette performance, Liverpool a réussi à marquer et a gagné. Les phocéens en sortent pourtant avec des certitudes. Notamment celle que le collectif est capable de se mettre au diapason des grands rendez-vous. Les Reds sont supérieurs dans tous les domaines aux Olympiens. Ils ont eu cependant toutes les peines du monde à s'imposer. La difficulté maintenant : se replonger avec la même envie dans le championnat. De Mandanda à Niang, en passant par Hilton, Cana ou Ben Arfa, tout le monde devra s'y mettre.

Surtout que Toulouse joue les premiers rôles cette année. La saison calamiteuse de l'an passé a servi. Les protégés de Casanova ne reproduisent plus les mêmes erreurs. La défense est très solide, l'attaque marque peu mais un homme fait la différence : Gignac. Le Martégal s'est enfin imposé dans cette équipe. Sur les treize buts toulousains, il en a marqué huit. Soit 62%. Quand on regarde de plus près, on se rend compte que deux des cinq autres réalisations ont été marquées contre leur camp par des adversaires. Il culmine donc à 73% des buts marqués par le collectif garonnais. Une statistique édifiante qui posera problème en cas d'absence de l'ex-Lorientais. Mais qui prouve aussi que le Téfécé peut s'appuyer sur un buteur de premier ordre. Capable de changer le cours d'un match à lui seul.

Le combat du Stadium en sera véritablement un. Et l'OM devra mettre tous les ingrédients pour faire vaciller les coéquipiers de Mauro Cetto. La défense a trouvé un début de réponse à ses (très) gros problèmes de performance. La solidité entrevue à Liverpool devra être creusée. Zubar a prouvé qu'il a potentiellement le niveau européen. À lui d'accumuler le même sérieux et la même concentration sur le reste de la saison. Le milieu n'a pas été dévoré comme lors des deux dernières visites des hommes de Benitez à Marseille. Face au TFC, il faudra renouveler cette intensité dans l'effort. Le retour de Modeste M'Bami peut être une clé aux côtés des Cana et Cheyrou. L'homme qui a particulièrement marqué les esprits à Anfield c'est Ben Arfa. Le meneur de jeu va devoir rester à ce niveau, tout comme Ziani. Afin de servir au mieux un Mamadou Niang, souvent seul devant. La réussite phocéenne passe par là.

Un match à Toulouse est certes moins clinquant qu'un déplacement à Liverpool. Mais l'enjeu est plus important. L'OM a déjà trop gaspillé en championnat. L'équipe de Gerets va donc devoir prendre des points en déplacement. Pour combler le déficit enregistré récemment à domicile. Le collectif marseillais devra donc mettre toute son envie et son sérieux dans ce match. " Haïr la défaite " comme l'a déclaré Laurent Bonnart. Si ce concept est intégré par nos phocéens, tout devrait aller mieux rapidement. Espérons dès dimanche soir.

par Arn-oo le dimanche 30 novembre 2008 à 09h44
Ben Arfa et Cheyrou à surveiller
L'OM : Gignac non, Ebondo peut-être

Taye Taiwo : son actualité