Toulouse - OM : toutes les cartes en main

  •    
  •    
  • om facebook

En ce début d'année, on pensait que l'Olympique de Marseille était de retour aux affaires, que la mise affective des supporters pour ce club était enfin presque remboursée. Pourtant depuis quelques matchs, même si le manque de chance se fait sentir, on constate que cet OM n'a peut-être pas encore les armes pour rivaliser sur la durée. Le match contre Toulouse devient presque un choc de cette Ligue Orange minable. Les deux clubs sont dans le même panier bien rempli de ceux qui espèrent récupérer les places d'honneur derrière le club aussi indéboulonnable que son président indécrottable. Il serait naïf tout de même de croire que Emon et ses hommes viennent jouer la cagagne à l'extérieur afin de simplement sauver les meubles. On aura le droit une nouvelle fois à un coup de poker porté vers l'offensive. Espérons tout de même que la donne soit gagnante...

Ca fleurait bon l'espérance cette visite dans le luxe et les casinos de Dubaï, Nasri devenait un As, les oubliés ont eu du temps de jeu. Emon disposait de nouvelles cartes. Peut-être de trop avec Djibril Cissé disposant d'un statut visiblement acquis, peut-être pour rentabiliser les pertes pour avoir ce joker durant 5 mois à balancer sur la table. On se souvient des déclarations de Pagis qui visiblement n'avait pas l'air satisfait de se les peler sur le banc. D'être meilleur buteur et joueur élégant et de devenir valet de pique, ça fait un peu plus tâche que tanche... On annonce que les deux caractères particuliers pourraient être alignés partenaires de l'attaque phocéenne. Espérons que ce ne soit pas un simple coup de bluff. Si l'envie est présente et qu'ils sont tous deux proprement servis par le reste de l'équipe, on arrivera facilement à calmer les "garçons" comme dirait Diouf pour faire d'un Roi et D'une dame, une bonne paire. Le directeur sportif a déjà parié sur ce dernier point. C'est une valeur sûre les bourses. Bien plus que de l'argent débloqué sur une vague de succès qui pourrait s'éteindre aussi vite qu'elle est arrivée. On regarde de loin ces méthodes particulières, pour l'instant le club n'a pas la stature pour être un joueur régulier de ce genre de pari. On a d'autres chats à fouetter. Le rachat est en court, il se transforme de suite en crachats. C'est quand même roublard les techniques de charognes qui sautent tout le temps sur les rumeurs qui concernent le club. Augmenter les ventes, pérenniser les craintes habituelles de tricheurs et en même temps souhaiter la banqueroute... Belote et re-belote, putaing, ça me fend le coeur...

Après ce match contre Nantes ou l'amoureux de Toulouse nous a bloqué chaque ballon, on espère que le match sera physiquement plein de la part de nos joueurs. Fanatiques de la bataille, permanents du solitaire, certains joueurs ne tirent pas tout le temps dans le même sens non plus. Mais on voit que cette équipe se déchire bien. Déjà plus que la "meilleure équipe depuis 10 ans". Elle est jeune mais plein d'avenir et surtout, on a l'impression qu'elle se forme un esprit de guerrier. Retrouver nos valeurs d'antan, c'est un petit peu la seule chose qu'apporte clairement le staff, mais c'est quand même bien faible pour avoir des épaules européennes. Cette fois-ci, c'est un match contre une équipe qui est loin d'être un assemblage de cartes pour crier et taper dessus : "paquet de merde". Le Téfécé nous habitue régulièrement à des parties engagées, et sa forme actuelle pourrait être une source de problème vu le peu de jetons à disposition, un match mal négocié serait une sale balafre pour notre brelan de dirigeants. Le classement devient compliqué pour arriver à ne pas revenir bredouille à la fin de l'année; cette fois-ci, il faut vraiment gagner ! On clame à tout va que les attaquants ne sont pas en réussite. Il faut reconnaître aussi que les poteaux sont bien grands ! Avoir autant d'occasion et marquer aussi peu depuis la fin janvier est surtout la preuve que cette équipe est encore bien trop naïve. On était prévenu dès le départ de la valeur de cette bande de gamins, qu'on a vu confirmée contre Mlada. C'était le tarot prévu. Il n'empêche que l'effectif marseillais reste sur le papier bien supérieur à celui des toulousains. Cette victoire est de plus obligatoire...

Un peu de sueur sur le front, parce qu'il reste difficile de savoir si la personne d'en face bluffe complètement, c'est limite compréhensible. Mais il ne faut pas se leurrer, l'Olympique de Marseille doit logiquement s'imposer. L'excuse du pas de bol lasse à force. Ne pas obtenir une victoire même à l'arrache serait la meilleure des manières de presque tirer un trait sur les objectifs de la saison. Ce serait bien dommage, le club risque d'être vendu, il serait bon de tirer pour l'avenir la carte de la Ligue des Champions.

par krovider le samedi 24 février 2007 à 09h46
Tours perd encore
TFC - OM : ne pas finir à 10

Samir Nasri : son actualité