OM 5-1 La Corogne : portés par la grâce

  •    
  •    
  • om facebook

Après trois défaites et un nul en quatre matches de Ligue 1, les dirigeants marseillais ne jugent plus l'échéance de ce soir prioritaire. A l'Olympique de Marseille plus qu‘ailleurs, les objectifs comme les discours changent au gré du vent ... et des résultats. L'entame de saison catastrophique, les braderies annuelles, les bouleversements perpétuels de l'effectif ont tôt fait d'échauder rapidement les esprits sur la Canebière. Et à raison pour une fois ... Ce début de saison ressemble à une immense mascarade avec comme point d'orgue l'offre des dirigeants marseillais pour Cana alors qu'ils ont laissé filer Pedretti et Costa ! Jean Fernandez estime " que le meilleur remède en vue du match contre Ajaccio est un bon match face aux Espagnols car on a besoin de se remettre en confiance ". C'est dire à quel point les ambitions sont revues à la baisse. Mais un miracle se produit parfois ...


Le match:
Encore une défense inédite pour ce pauvre Fernandez (Habib Beye, Koji Nakata, Abdoulaye Meïté et Taye Taiwo). En pointe Mamadou Niang et Andres Mendoza seront soutenus par Franck Ribery et Wilson Oruma. Sabri Lamouchi et José Delfim sont chargés de la récupération.

1-0: coup-franc canon de Taiwo que le portier espagnol relâche et Ribery, qui a suivi, place tranquillement l'intérieur de son gauche pour tromper Molina (3ème minute)

Gros début de match avec un Oruma et un Ribery très vifs et très entreprenants. On ne pouvait pas mieux commencer ce match.

1-1: sur coup-franc, mésentente entre Cédric Carrasso (fautif semble-t'il) et Sabri Lamouchi dont profite Jorge Andrade pour égaliser (9ème minute)

Encore une erreur défensive dont profitent nos adversaires. On ne pouvait pas plus mal poursuivre ce match.

11ème minute: sur une échauffourée, Duscher et Ribery sont expulsés par monsieur Ivanov qui a voulu calmer les esprits
15ème minute: coup-franc excentré de Mendoza qui passe au dessus de la transversale
19ème minute: coup-franc en deux temps de Munitis de peu au dessus

Andres Mendoza et Mamadou Niang, servis principalement par Wilson Oruma et Sabri Lamouchi, n'exploitent pas pour l'instant le peu de possibilités qu'offrent les défenseurs expérimentés du Deportivo. Les hommes de Jean Fernandez semblent en tout cas au mieux physiquement. Contrairement à ce qu'indique le tableau d'affichage, les deux gardiens ont finalement été peu sollicités jusqu'à présent.

27ème minute: le coup-franc d'Oruma, détourné par Mendoza, frôle la cage de Molina
29ème minute: servi par Lamouchi, Oruma rate sa frappe pourtant en excellente position face aux buts
39ème minute: coup-franc bien placé de Taiwo part dans les tribunes
42ème minute: alerté par José Delfim, Niang contrôle superbement le ballon et adresse un tir appuyé que Molina ne peut que repousser
44ème minute: un missile de Taiwo part une nouvelle fois dans les tribunes
46ème minute: beau centre travaillée du jeune nigérian pour Mamadou Niang qui s'élève plus haut que Juanma mais ne cadre hélas pas sa tête

Match plaisant avec un Depor qui gère son avance et un OM à l'abordage. A la vue de cette première mi-temps, on peut avoir bien des regrets. Espérons que les phocéens reproduiront leur seconde mi-temps de folie contre la Lazio de Rome !

49ème minute: centre reprise de volée d'Oruma (intenable) mais Meïté, surpris, ne dévie pas le ballon au fond des filets
52ème minute: pris à contre-pied par un de ses défenseurs, Molina fait une obstruction sur Niang, ce qui aurait pû entraîner un penalty
55ème minute: décalé par Mendoza, Delfim sort une belle frappe qui vient lécher la transversale
57ème minute: Munitis centre en retrait pour De Guzman dont le tir s'envole au dessus
58ème minute: frappe de 40 mètres de Jorge Andrade qui part encore dans les airs

Wilson Oruma est de très loin LE joueur du match. Très remuant, tantôt orientant magnifiquement le jeu, tantôt trouvant la profondeur, le nigérian est tout simplement étincellant. Il reste 30 minutes pour créer l'exploit ...

2-1: sur un corner d'Andres Mendoza, Juanma, à la lutte avec Koke, remet sur Abdoulaye Meïté qui, grâce à un superbe ascenseur, propulse de la tête le ballon dans la lucarne de Molina (66ème minute)

But marqué sur une faute évidente de l'international ivoirien mais l'arbitrage nous est si peu favorable que ...

70ème minute: protestation de Capdevilla sur une faute évidente d'un de ses coéquipiers et l'homme en noir lui sort un étonnant carton rouge

A 10 contre 9, ce match rugueux comme on les aime nous autres marseillais devient totalement fou ! Le public ne s'y trompe pas et ne cesse d'encourager son équipe ! Ambiance des grands soirs dans le Vélodrome !

3-1: ouverture en profondeur de Laurent Batlles, Niang profite d'un contre favorable sur le renvoi de Molina pour marquer de la poitrine (73ème minute)

Avec la rentrée de Barry qui remplace Beye, Fernandez aligne désormais 4 attaquants (Andres Mendoza, Mamadou Niang, Sergio Koke et Rahmane Barry). Déjà portés vers l'offensive naturellement, les phocéens s'apprêtent à aller chercher leur qualification dans ce dernier quart d'heure. Et çà semble à leur portée !

76ème minute: De Guzman se retrouve seul devant le portier marseillais mais Cédric Carrasso prend le dessus sur son adversaire

Les joueurs du Depor cassent le rythme, abusent d'anti-jeu. De bonne guerre quand une qualification est au bout. Mais la chance sourit en général aux audacieux ...

4-1: centre puissant de Taye Taiwo qu'un défenseur repousse sur Niang qui ouvre parfaitement son intérieur du droit pour tromper Molina (88ème minute)
5-1: Wilson Oruma mystifie 3 défenseurs espagnols en pleine surface et décoche un tir violent dans un angle fermé pour tromper à nouveau Molina (92ème minute)



Conclusion:
La saison passée, on reprochait à l'équipe son manque de brio. Cette saison, à défaut de réalisme, les hommes de Jean Fernandez (qui connaît bien la boutique) suent sang et eau sur le terrain. Si la générosité est une valeur fondamentale pour tout supporter marseillais, l'esprit offensif y est d'autant plus apprécié. Ce soir, les marseillais ont livré un match plein. Solides défensivement (on oubliera très vite ce but encaissé), le courage et la chance auront permis au groupe phocéen de s'offrir un coin de soleil dans un ciel ombragé. Espérons que les coéquipiers de Sabri Lamouchi se serviront de ce match référence dans les moments difficiles pour retourner des situations compromises.

par TontonFlingueur le mardi 23 août 2005 à 23h48
OM 2-2 Craiova
OM 5-1 La Corogne : l'ère du foot-bouillabaisse

Wilson Oruma : son actualité