OM 1-1 Lyon : la tactique et les joueurs

  •    
  •    
  • om facebook

Le bon dernier du championnat après deux journées, deux défaites et aucun but marqué, reçoit le quadruple champion de France en titre qui a déjà débuté avec deux succès. Le duel des Olympiques semble encore être largement déséquilibré comme ceux de ses dernières saisons et à l'avantage des Lyonnais.
Jean Fernandez peut, pour la première fois, compter sur quasiment tout son effectif. En effet, Fabien Barthez est le seul suspendu, Alain Cantareil est blessé, Leyti N'Diaye en convalescence tandis qu'Ahmed Yahiaoui et Karim Dahou ne sont toujours pas retenus tout comme Salomon Olembé, Sylvain N'Diaye et Samir Nasri.
L'entraîneur phocéen reconduit le 5-3-2 qui se transforme en 5-2-3 selon la position de Ribery. Cédric Carrasso est le gardien de but, Demetrius Ferreira (à droite) et Taye Taiwo (à gauche) sont les arrières latéraux, Habib Beye et Abdoulaye Meité sont les deux stoppeurs, Frédéric Déhu est le libéro et capitaine, Sabri Lamouchi (dans l'axe) et Wilson Oruma (plutôt à gauche) sont les milieux de terrain, Franck Ribery est tantôt milieu tantôt ailier sur le flanc droit, Andrès Mendoza est attaquant (souvent à gauche) et Mamadou Niang évolue dans l'axe.
Yannick Quesnel, Andre Luis, José Delfim, Laurent Batlles et Koke sont sur le banc de touche et donc Koji Nakata est le 17ème homme.

Les Phocéens démarrent fort et ouvrent le score sur un coup-franc de Taiwo dévié par le mur qui prend Coupet à contre-pied. Mendoza a tout de suite la balle de 2-0 mais fait briller le gardien lyonnais. Petit à petit les Champions de France reprennent le dessus et la possession de balle mais ne sont pas dangereux. Néanmoins, Carew égalise sur sa première occasion. L'OM n'est pas mené à la pause grâce à un sauvetage sur sa ligne de Ferreira.
La seconde période commence avec la sortie de Mendoza, visiblement blessé, et l'entrée de Batlles. Cette mi-temps est dominée par les Lyonnais et est marquée par deux penalties oubliés, un de chaque côté. Finalement, vu les dernières minutes, tout le monde semble content de ce résultat nul.

Cédric Carrasso (6.5) : Peu d'arrêts sur des frappes mais beaucoup d'interventions aériennes sur des coup-franc, corners et centres bien distillés par Juninho. Il a été bien présent et boxant la plupart de ses ballons. Sur le but, il touche la balle mais pas assez pour qu'un défenseur puisse la dégager avant qu'elle n'entre dans le but.
Demetrius Ferreira (6) : Latéral droit dans une défense à 5, il convenablement tenu son couloir et n'a pas hésité à monter. Il a ainsi pu placer 2 très bonnes frappes qui sont passées de peu à côté.
Taye Taiwo (5.5) : Il a encore montré qu'il n'avait rien à envier physiquement à n'importe quel joueur de L1 (Carew par exemple) mais que son placement est souvent hallucinant et amène des situations dangereuses pour la défense olympienne (son positionnement douteux est notamment à l'origine du but lyonnais). Il a aussi fait des relances incroyables et que dire de sa talonnade en fin de match qui a failli donner un autre but aux Lyonnais et de sa grossière faute sur Cris sur un corner qui aurait du être sanctionnée par un penalty. Par contre, sa lourde frappe a encore permis à l'OM de marquer (avec de la chance).
Habib Beye (5.5) : Stoppeur droit, il n'avait qu'à surveiller Carew (tout comme Meité et Déhu) et a eu du mal face à l'incroyable présence physique du géant Norvégien.
Abdoulaye Meité (5.5) : Lui aussi devait s'occuper de l'avant-centre lyonnais et n'a pas été impérial mais a assuré l'essentiel, c'est-à-dire ne pas perdre.
Frédéric Déhu (5) : Le capitaine marseillais s'est fait prendre comme un débutant par Carew sur le seul but lyonnais alors que l'OM avait le match en main. Pour le reste, une prestation solide mais de grandes difficultés face au seul attaquant rhodanien.
Sabri Lamouchi (5) : Milieu défensif axial, il a fait un travail obscur de récupération mais n'a pas pesé sur le jeu aussi bien à la récupération, qu'à la conservation ou à la création. Il a tout de même placé une belle frappe de loin en fin de rencontre.
Wilson Oruma (5) : Sur courant alternatif, comme souvent, il a fait quelques percées intéressantes mais n'a globalement pas assez pesé sur le jeu. Il a aussi perdu une balle incroyable en seconde mi-temps qui n'a heureusement pas amené un but lyonnais.
Franck Ribery (7) : Largement le meilleur Marseillais, il a fait beaucoup de kilomètres avec des accélérations, des débordements, des percées et des retours défensifs. Il a joué milieu/ailier droit jusqu'à la sortie de Mendoza puis il est passé second attaquant. Par contre, il n'a pas bien géré les derniers gestes, préférant souvent passer le ballon au lieu de frapper au but.
Andrès Mendoza (4.5) : Le Péruvien a manqué la balle de break juste après l'ouverture du score, pour le reste pas grand de chose d'intéressant. Il est sorti en boitant juste au retour des vestiaires.
Laurent Batlles (5) : Il a remplacé Mendoza pour les 40 dernières minutes. Il a évolué milieu droit mais n'a pas été très en vue.
Mamadou Niang (5.5) : Encore de la volonté, de l'envie, de la présence physique mais rien de décisif. Une prestation moins mauvaise que les précédentes mais il a fini sur les rotules les 20 dernières minutes. On peut dire merci à Pape et José pour avoir laissé partir Luyindula alors qu'il n'y a plus que 2 attaquants valables au club...

Les Olympiens ont donc fait une bonne prestation, globalement solides face à des Lyonnais qui n'ont pas paniqué après avoir été bien bousculés en début de match.
Franck Ribery a été extrêmement actif avec beaucoup de courses, d'accélérations, de dribbles et a été le meilleur Phocéen tandis qu'Andrès Mendoza a été le moins en vue.
L'OM prend donc son premier point, marque son premier but en championnat et quitte la dernière place au profit des Rennais qu'ils iront affronter le week-end prochain.
Il y a du mieux de match en match mais il faudra rapidement songer à gagner afin de s'éloigner du bas du classement.

par seb le lundi 15 août 2005 à 18h15
OM 2-2 Craiova
OM 1-1 Lyon : en direct de mon salon

Demetrius Ferreira : son actualité